Epidémie de syndrome pieds-mains-bouche au Vietnam Médecine des voyages

Publié le 13 déc. 2011 à 21h34

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Le ministère de la santé du Viêt Nam a confirmé une épidémie de syndrome mains-pieds-bouche (Hand, foot and mouth disease, HFMD), attribuée à l'entérovirus 71 (EV71). Le Viêt Nam a signalé plus de 90 .000 cas de cette maladie et 137 décès. Cette épidémie est concentrée dans la partie sud du pays (65,1 % des cas d'infection et 85,6 % des décès pour l'ensemble du pays), mais on a signalé des cas dans toutes les régions (Hô Chi Minh-ville, Dong Nai, Binh Duong, Long An, Ba Ria-Vung Tau, Bac Lieu, Dong Tap, Tien Giang et Quang Ngai). Les cas recencés dans le nord du pays étaient en augmentation au cours des huit dernières semaines. Comme dans les autres épidémies de HFMD à EV71 déclarés en Asie du sud-est depuis 1997, une petite proportion des enfants atteints de la maladie ont développé des complications graves, souvent mortelles, notamment des encéphalites.

Le syndrome mains-pieds-bouche est causé par un groupe de virus de la famille des Picornaviridae appelés entérovirus, parmi lesquels les virus Coxsackie et Entérovirus 71 (EV71) sont le plus souvent à l'origine de la maladie. Le syndrome HFMD ne doit ne pas être confondu avec la fièvre aphteuse (également appelée sabot-and-mouth disease), qui est une maladie des bovins et des porcs. Il touche habituellement les bébés et les enfants, pouvant engendrer une fièvre, une éruption cutanée accompagnée de vésicules sur les mains et les pieds, de lésions dans la bouche, de maux de gorge et d'une perte de l'appétit. Dans quelques rares circonstances, l'infection par EV71 entraîne une encéphalite ou une méningite virale.

Plusieurs épidémies ont été signalées en Asie, où elle est parfois appelée « grippe singapura » : Malaisie (1997, 2006), Taiwan (1998), Inde (2007), Chine (2008, 2009, 2010), Singapour (2008), Viêt Nam (2008), Mongolie (2008), Brunei (2008), Indonésie (2009). Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), au cours de l'année 2011, 1.341.718 cas ont été déclaré en Chine, 331.520 cas au Japon (la plupart des cas étaient dus au virus Coxsackie groupe A 6), 17.667 cas à Singapour, 90.189 cas au Viêt Nam et 85 cas en Corée du Sud.

Il n'y a actuellement aucun vaccin contre les virus responsable ni aucun traitement spécifique. Les mesures d'hygiène personnelle sont la meilleure protection pour les habitants et les voyageurs : lavage fréquent des mains avec de l'eau et du savon, surtout avant de manger et après être allé aux toilettes. Si l'eau et le savon ne sont pas disponibles, utiliser un gel hydroalcoolique désinfectant pour les mains. Celui-ci doit contenir au moins 60 % d'alcool.

Source : Centers for Diseases Control and Prevention, Atlanta, USA.