En Guinée, une étude montre que le virus Zika serait impliqué dans 15% des syndromes fébriles dans la préfecture de Faranah

medecinedesvoyages.net

Une étude récemment publiée dans la revue Viruses a rapporté le premier cas confirmé d'infection par le virus Zika (ZIKV) en Guinée.

Les auteurs ont effectué une recherche systématique du virus Zika par RT-PCR sur des échantillons prélevés chez 156 patients fébriles admis à l'hôpital de Faranah entre mai 2018 et février 2019. Un échantillon prélevé le 29 août 2018 chez une femme enceinte de 27 ans (à la 16e semaine de gestation) qui vivait dans le district de Dandaya, préfecture de Faranah, s'est avéré positif. Les symptômes de la maladie avaient commencé 5 à 6 jours avant le prélèvement. La recherche d'anticorps de type IgM dirigés contre le virus Zika était positive sur le même échantillon, la recherche d'anticorps de type IgG étant négative. Le 13 septembre, une nouvelle prise de sang a été effectuée et a montré des résultats positifs à la PCR pour le ZIKV, une sérologie négative pour les anticorps IgM et une séroconversion des anticorps IgG spécifiques du ZIKV.

En complément, les auteurs ont rechercher la présence d'IgM spécifique du ZIKV sur 116 échantillons prélevés sur des patients se présentant à l'hôpital de Faranah avec de la fièvre. La prévalence des IgM anti-ZIKV a varié entre 5,6 % et 17,1 % selon les saisons, avec une prévalence moyenne de 14,7 %.

Rappels sur le virus Zika :

Le virus Zika est un arbovirus membre de la famille des Flaviviridae et du genre Flavivirus, responsable de la fièvre Zika. Transmis par la piqûre d'un moustique infecté (Aedes aegypti, Aedes albopictus, Anopheles, Mansonia ou Eretmapodites), il peut entraîner un syndrome proche des autres arboviroses, avec fièvre, éruption cutanée, céphalées et douleurs articulaires, spontanément résolutif.

La majorité des formes sont asymptomatiques. Les formes symtomatiques se manifestent par un exanthème maculo-papuleux avec ou sans fièvre et au moins deux signes parmi les suivants : hyperhémie conjonctivale, arthralgies ou myalgies, en l'absence d'autre étiologie.

L'infection, classiquement bénigne, est à l'origine, d'un certain nombre de complications neurologiques sévères (méningites, encéphalites) et syndrome de Guillain-Barré. Au cours du premier trimestre de la grossesse, l'infection peut s'accompagner d'un risque de malformations congénitales de type microcéphalie (0,65 % des cas).

Pour les femmes enceintes ou en désir de grossesse résidant dans les les zones infectées par le virus, le respect strict des mesures de protection individuelle et les bonnes pratiques relatives à l'utilisation des produits insecticides et répulsifs doivent être rappelés.

Dans ce contexte, il est recommandé aux femmes enceintes ou en désir de grossesse vivant dans des zones indemnes de virus Zika et qui partent dans des zones où sévit le virus Zika d'envisager un report de leur projet de voyage. Dans le cas contraire, toutes les recommandations et informations de prévention et de suivi devront leur être données.

Il est recommandé à toute personne vivant ou voyageant dans des zones de circulation du virus Zika de prendre des précautions pour éviter les piqûres de moustiques :

  • détruire les larves et les gîtes potentiels de reproduction des moustiques autour et dans l'habitat (récipients contenant de l'eau stagnante…) ;
  • port de vêtements couvrants ;
  • répulsifs anti-moustiques, contenant du DEET, sur la peau découverte ;
  • moustiquaire imprégnés d'insecticide pour la sieste et la nuit ;
  • les personnes qui utilisent un écran solaire doivent appliquer le répulsif 20 minutes après l'écran solaire.

Afin d'éviter au maximum la dissémination du virus Zika, devant une fièvre d'apparition brutale et des douleurs articulaires ou musculaires dans les 15 jours qui suivent le retour en Europe,d'un séjour en zone intertropical, il faut consulter son médecin au plus vite en signalant son voyage

Source : Viruses

Pages associées