Etats-Unis : cinquième cas de méningo-encéphalite amibienne cette année

medecinedesvoyages.net

En Arkansas, le département de la santé (ADH) signale qu'une personne est décédée des suites d'une infection à Naegleria fowleri, une amibe responsable d’une atteinte du système nerveux central en général mortelle, la méningoencéphalite amibienne primitive.

Les autorités sanitaires ont conclu, à l'issue d'une enquête comportant des tests et des inspections, que la personne avait probablement été exposée à la pataugeoire du Country Club de Little Rock. L'ADH a envoyé au CDC plusieurs échantillons provenant de la piscine et de la pataugeoire du Country club. Le CDC a confirmé la présence de Naegleria fowleri viable dans un des échantillons prélevés dans la pataugeoire. Les autres échantillons sont toujours en attente. Le département a pris contact avec le Country Club de Little Rock qui a volontairement fermé la piscine et la pataugeoire.

Le dernier cas signalé en Arkansas remonte à dix ans.

Il s'agit du cinquième cas signalé aux États-Unis cette année (Arkansas, Texas, Géorgie, Nevada et Floride).

Rappel sur la méningo-encéphalite amibienne primitive :

Naegleria fowleri est une amibe qui aime la chaleur et vit librement. On la trouve dans le monde entier dans les eaux douces chaudes (lacs, rivières, sources chaudes, eaux chaudes rejetées par les usines industrielles ou les centrales électriques, eau des puits géothermiques, piscines mal entretenues ou peu chlorées, chauffe-eau) et dans le sol. N. fowleri préfère les températures entre 35°C et 46°C, et survit à des températures plus élevées pendant de courtes périodes. Les températures froides sont susceptibles d'entraîner l'enkystement de N. fowleri dans les sédiments des lacs et des rivières, cette forme offrant une meilleure protection contre le gel. Cette amibe est sensible à la dessiccation, au chlore à des concentrations de 0,5 et de 1,0 mg/L et ne survit pas dans l'eau de mer.

L’infection humaine est exceptionnelle. Les humains sont infectés lorsque de l'eau contenant _N. fowleri_pénètre dans le nez et que l'amibe migre vers le cerveau le long du nerf olfactif. Les gens ne sont pas infectés en buvant de l'eau contaminée. Il n'a pas été démontré que N. fowleri se propage par la vapeur d'eau ou les gouttelettes d'aérosol, ni d'une personne à une autre.

N. fowleri est responsable d’une atteinte du système nerveux central, la méningoencéphalite amibienne primitive. Les symptômes commencent 1 à 9 jours (médiane de 5 jours) après l’exposition à de l'eau contaminée. Le décès survient entre 1 à 18 jours (médiane de 5 jours) après le début des symptômes. Les signes de l'infection sont similaires à ceux de la méningite bactérienne : au début de la maladie association de céphalées, d’une fièvre, de nausées et de vomissement puis apparition d’une raideur de la nuque, de crises d'épilepsie, d’une confusion, d’hallucinations et d’un coma. L’évolution est presque toujours mortelle (144 décès sur 148 cas enregistrés aux États-Unis entre 1962 et 2019).

La maladie est diagnostiquée par l’examen microscopique du liquide céphalorachidien, et par la mise en évidence d’acide nucléique ou d’antigènes de _N. fowleri_dans ce prélèvement. En raison de la rareté de l'infection et de la difficulté de la détection initiale, les diagnostics sont souvent posés après le décès du patient.

N. fowleri est sensible à l’amphotéricine B, qui est souvent utilisée en association avec la rifampicine, l’ornidazole, le miconazole, le sulfisoxazole ou le chloramphénicol. La miltéfosine et le voriconazole se sont également avérés efficaces contre l’infection.

L'infection se produit généralement lorsque les gens vont nager ou plonger dans des eaux douces chaudes. La prévention repose sur des recommandations qui relèvent du bon sens, mais ne sont pas fondées sur des tests scientifiques, car le faible nombre d'infections rend difficile la démonstration de leur efficacité (fermer le nez, utiliser des pince-nez ou garder la tête hors de l'eau lors des activités aquatiques dans des eaux douces chaudes ; éviter de mettre la tête sous l'eau dans les sources chaudes et autres eaux thermales non traitées ; éviter les activités aquatiques dans les eaux douces chaudes pendant les périodes où la température de l'eau est élevée ; éviter de creuser ou de remuer les sédiments lors d’activités aquatiques dans des zones d'eau douce chaude peu profondes).

Très rarement, des infections ont été signalées lorsque des personnes s'immergent la tête, se nettoient le nez lors de pratiques religieuses ou s'irriguent les sinus avec de l'eau contaminée. Il est alors plus sûr d'utiliser de l'eau bouillie, stérile ou filtrée, ou, si cela n'est pas possible, de désinfecter l'eau à l'aide de chlore.

Source : Outbreak News Today

Pages associées