France métropolitaine : 29 cas humains d’infection à virus West Nile identifiés dans trois régions. Médecine des voyages

Publié le 5 oct. 2023 à 16h54

Biographie

Médecin biologiste.

Au 2 octobre 2023, des cas humains d’infection à virus West Nile (ou virus du Nil Occidental) ont été identifiés dans trois régions. A ce jour 29 cas ont été identifiés. Il s'agit du plus grand nombre de cas signalé depuis 2018, année où une recrudescence du virus West Nile avait été observée avec 27 cas humains d’infection humaine autochtone, dont 7 formes neuro-invasives, sur le pourtour méditerranéen français.

1. Région Nouvelle-Aquitaine :

A ce jour, 20 cas humains autochtones confirmés/probables ont été notifiés dans la région : 17 cas résident en Gironde (Métropole bordelaise) et 3 cas en Charente-Maritime. Leurs symptômes ont débuté entre la deuxième quinzaine de juillet et la fin août. Des investigations sont en cours chez 6 autres personnes.

Des infections animales ont aussi été identifiées, dans le cadre du volet animal de la surveillance de ce virus : 12 cas équins ont été rapportés en Gironde et en Charente-Maritime ainsi que 6 cas aviaires en Charente-Maritime. Tous ces cas témoignent d’une circulation du virus West Nile en cours en Gironde et en Charente-Maritime. Il s’agit de la première identification de cas humains d’infection à virus West Nile hors du pourtour méditerranéen. L’identification de cas équins en 2022 avait déjà montré que le virus était présent en Gironde.

2. Région Provence Alpes Côte d’Azur :

Huit cas humains ont été identifiés dans les départements des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône et du Var.  Les cas humains ont des dates de début des signes comprises entre la mi-juillet et fin août.

Cinq cas équins ont été déclarés dans la région (Bouches-du-Rhône).

3. Collectivité de Corse : 

Un cas d’infection à virus West-Nile a été identifié en Haute-Corse (secteur de Borgo). Un homme présentant des symptômes évocateurs a été pris en charge au centre hospitalier de Bastia. La confirmation du diagnostic de West-Nile a été posée par le Centre National de Référence le 29 aout 2023. Le patient a regagné son domicile et son état de santé n’est pas préoccupant.

Rappel sur l'infection à virus West-Nile

L’infection à virus West Nile est une maladie à déclaration obligatoire transmise par les moustiques du genre Culex, actifs de juin à fin novembre. Ces moustiques sont endémiques dans l’Hexagone. Le réservoir naturel est constitué par les oiseaux et les moustiques.

Si dans 80 % des cas l’infection humaine à VWN est asymptomatique, dans 20 % des cas elle se manifeste par un syndrome pseudo grippal (fièvre, douleurs, maux de tête). Dans moins de 1 % des infections, des manifestations neurologiques (méningite à liquide clair, encéphalite ou méningo-encéphalite, polyradiculonévrite ou paralysie flasque aiguë) peuvent survenir. Ces formes neuro-invasives peuvent évoluer vers des séquelles voire un décès dans 7 à 9 % des cas.

Les mesures de prévention les plus efficaces contre ces pathologies sont la protection contre les piqûres de moustique et la lutte contre les gîtes larvaires.

Protection contre les piqûres de moustiques : Les mesures de prévention les plus efficaces pour se prémunir des piqûres de moustiques sont :
Porter des vêtements couvrants et amples ;

  • Utiliser un répulsif cutané, conseillé par votre pharmacien, sur les zones de peau découvertes ;
  • Utiliser des moustiquaires sur les ouvertures (portes, fenêtres) si nécessaire ;
  • Dormir sous une moustiquaire ;
  • Utiliser des ventilateurs et éventuellement des climatiseurs (les moustiques n’aiment pas les endroits frais) ;
  • Utiliser des diffuseurs électriques à l’intérieur des habitations ;
  • Utiliser des serpentins insecticides uniquement à l’extérieur.

Lutte contre les gîtes larvaires
Les femelles moustiques pondent leurs œufs dans des récipients et des réservoirs artificiels où l’eau peut stagner (même dans de très petites quantités d’eau pour les moustiques du genre Aedes). Supprimer et vider tous les endroits et objets pouvant retenir de l’eau de pluie permet donc d’empêcher les moustiques de pondre et de proliférer !

Pour limiter le développement des moustiques autour de son domicile, il convient donc de :

  • Couvrir les réserves d’eau avec une moustiquaire ou du tissu afin de les rendre hermétiques ;
  • Nettoyer les gouttières et caniveaux ;
  • Vider ou ranger tout récipient pouvant contenir de l’eau (astuce : remplir les coupelles de sable) ;
  • Éviter les dépôts sauvages de déchets.

Source : Santé publique France