Activité physique, immunité et vaccination : des interactions souvent bénéfiques

Publié le 5 déc. 2023 à 03h53

Biographie

MD, PhD, ancien directeur scientifique de l’Institut de recherche biomédicale des armées (IRBA), Brétigny sur Orge, France.

Habilitation à diriger les recherches.

Enseignant à l’Ecole du Val-de-Grâce, à l’université d’Aix-Marseille, à l’Institut de formation en soins infirmiers Saint Joseph, Marseille.

Expert auprès de Santé publique France, de la Haute autorité de santé (HAS) et du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC).

Membre du Comité de protection des personnes (CPP) Sud-Ouest et Outre-mer II.

Liens d'intérêt

Absence de lien avec l’industrie pharmaceutique.

Aucune participation à des études cliniques de médicaments ou vaccins.

Déclaration établie le 2 janvier 2012, mise à jour le 21 septembre 2021.

Les bénéfices d’une activité physique régulière sont démontrés, et ils sont nombreux. Pratiquer une activité un peu soutenue plusieurs fois par semaine permet de préserver et même d’améliorer sa santé, qu’elle soit physique ou mentale. Les effets sur l’appareil cardiovasculaire, sur la locomotion, les maladies métaboliques et certains cancers sont bien mis en évidence (1), mais on a également montré que l’exercice diminuait le risque d’infection (2) et particulièrement celui d’infection respiratoire aiguë (2). Une activité physique modérée à vigoureuse est associée à une diminution de l’incidence et de la sévérité des infections communautaires. Chez les personnes ayant une pratique régulière, la réduction de la mortalité par infection peut atteindre 37%.

De nouvelles démonstrations ont été apportées par les études menées sur la covid-19. Une étude espagnole qui a porté sur près de deux millions d’adultes fait apparaitre une réduction de l’incidence des formes graves et de la mortalité de l’infection chez ceux qui pratiquent habituellement une activité physique, les auteurs convenant toutefois que des confirmations sont nécessaires (4).

L’effet bénéfique de l’exercice serait en lien avec un renforcement de l’immunité, dont plusieurs composantes apparaissent favorablement stimulées. Chastin et coll. observent une augmentation du nombre des lymphocytes CD4 circulants et de la concentration des immunoglobulines A (IgA) dans la salive (2). Pour Nieman et Wentz, les capacités de surveillance du système immunitaire sont augmentées, l’inflammation est réduite (5).

De façon remarquable, ces effets favorables de l’activité physique se combinent avec ceux de la vaccination pour la prévention des infections et de leurs conséquences. Dans l’étude de Chastin et coll., les concentrations en anticorps obtenues après vaccination sont significativement plus élevées lorsqu’un programme d’activité physique est associé (2). Une étude menée en Afrique du Sud sur la protection apportée par la vaccination contre les formes graves de covid-19 a montré que les personnes ayant habituellement une activité physique modérée ou élevée avaient, respectivement, 1,4 et 2,8 moins de risque d’être hospitalisées en raison de leur infection que des personnes sédentaires (6). De façon générale, la pratique d’une activité physique à proximité d’une vaccination ne semble pas devoir être contrindiquée, du moment qu’elle est bien tolérée et pas de très haute intensité. 

D’autres études nous rappellent toutefois que l’effet de l’activité physique peut s’inverser si elle est trop intense ou prolongée. Elle conduit alors à une baisse temporaire des défenses immunitaires (7), qui peut favoriser le déclenchement d’infections, en particulier respiratoires. L’étude de E.S. Nakayasu et coll. identifie quelques explications possibles, qui attendent confirmation (8). Il reste également à déterminer à quel niveau d’exercice se situe, pour chacun, le point de bascule entre bénéfice et fragilisation, et si d’autres pathologies que les infections respiratoires aiguës peuvent aussi se trouver facilitées.

L’observation est importante pour les sportifs professionnels ou amateurs en recherche de performance, mais aussi pour ceux dont le métier peut les conduire à leurs limites physiques, comme les pompiers ou les militaires. L’une des conclusions est qu’il est nécessaire pour ces personnes de respecter des périodes de repos et de récupération suffisantes après des exercices intenses pour retrouver un système immunitaire pleinement fonctionnel.

1. Bénéfices de l’activité physique – Revue des CDC américains

2. S.F.M. Chastin, U. Abaraogu et coll. Effects of Regular Physical Activity on the Immune System, Vaccination and Risk of Community-Acquired Infectious Disease in the General Population: Systematic Review and Meta-Analysis

3. D.C. Nieman et C.A. Sakaguchi. Physical activity lowers the risk for acute respiratory infections: Time for recognition

4. Y. Ezzatvar, R. Ramirez-Velez et coll. Physical activity and risk of infection, severity and mortality of COVID-19: a systematic review and non-linear dose–response meta-analysis of data from 1 853 610 adults

5. D.C. Nieman et L.M. Wentz. The compelling link between physical activity and the body's defense system

6. S. Collie, R.T. Saggers et coll. Association between regular physical activity and the protective effect of vaccination against SARS-CoV-2 in a South African case-control study

7. C. Southwick. Intense Exercise May Lead to Colds. A New Study Tells Us Why

8. E.S. Nakayasu, M.A. Gritsenko et coll. Elucidating regulatory processes of intense physical activity by multi-omics analysis