Le CDC émet un avis de voyage pour le Brésil en raison de l'épidémie de fièvre d'Oropouche

medecinedesvoyages.net

Quelques jours après la publication par l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) d'une alerte épidémiologique faisant état d'une augmentation du nombre de cas de fièvre d'Oropouche détectés dans certaines régions d'Amérique du Sud, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont émis un avis aux voyageurs se rendant dans les États d'Amazonas et d'Acre, au Brésil.
Image/CDC

Le 6 janvier, la Fondation de surveillance sanitaire de l'État d'Amazonas a publié une alerte épidémiologique concernant la détection de cas de maladie à virus Oropouche (OROV) dans l'État.

L'alerte indique qu'entre décembre 2023 et le 4 janvier 2024, le Laboratoire central de santé publique d'Amazonas a analysé 675 échantillons, confirmant l'infection par le virus OROV par détection moléculaire (PCR) dans 199 cas (29,5 %).

Entre 2023 et 2024, dans l'État d'Amazonas, 1 066 cas humains avec des résultats détectables par RT-qPCR pour le virus Oropouche ont été enregistrés.

En outre, des cas d'Oropouche signalés dans les États voisins d'Acre et de Roraima font l'objet d'une enquête.

Le CDC recommande aux voyageurs se rendant dans ces États du Brésil de prendre des mesures pour éviter les piqûres d'insectes (la fièvre d'Oropouche se propage par la piqûre de moucherons (petites mouches) et de moustiques infectés).

Les voyageurs doivent consulter un médecin s'ils présentent une forte fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, des raideurs articulaires, des nausées, des vomissements, des frissons ou une sensibilité à la lumière pendant ou après le voyage.

Rappels sur le virus Oropouche :

Le virus Oropouche est un virus de la classe des arbovirus, de la famille des Bunyaviridae (sérogroupe Simbu), transmis par les moustiques (Culicoides paraensis) de la famille des Ceratopogonidae, présents dans les lieux d'eau stagnante. Il existe un cycle sauvage qui fait intervenir des hôtes comme les primates et lesparesseux, et un cycle urbain où l'homme reste l'hôte principal.

La maladie produit des symptômes semblables à ceux de la dengue ce qui complique son diagnostic. Après une incubation de 4-8 jours, les symptômes sont : fièvre, maux de tête, arthralgies, myalgies, frissons, avec parfois des nausées, des vomissements et des signes cutanés. Les symptômes durent de 5 à 7 jours, cependant, la récupération complète peut prendre jusqu'à plusieurs semaines chez certains patients. De rares cas de méningo-encéphalite ont été signalés.

Des épidémies de fièvre à virus Oropouche ont été décrites dans les communautés rurales et urbaines du Brésil, de l'Équateur, du Panama, du Pérou et à Trinité-et-Tobago.

Les mesures de protection individuelle reposent sur la prévention des piqûres de moucherons à l'aide de barrières mécaniques (moustiquaires), de dispositifs insectifuges, de vêtements traités contre les insectes et de répulsifs anti-moustiques. Les insecticides chimiques tels que la deltaméthrine et le N,N-diéthyl-méta-toluamide (DEET) ont démontré leur efficacité dans la lutte contre les espèces Culicoides et Culex.

Source : Outbreak News Today

Pages associées