Une épidémie de ciguatera a touché 19 des 20 marins d'un navire australien en 2021

medecinedesvoyages.net

Selon une étude publiée dans la revue Communicable Diseases Intellige__nce, en 2021, une épidémie d'intoxication à la ciguatera due à du poisson contaminé a touché 19 des 20 marins armant un navire en Australie. L'épidémie d'intoxication alimentaire a été signalée à l'unité de santé publique du Queensland central en décembre 2021.

Un vraquier reliant Higashiharima, au Japon, à Gladstone, en Australie, a signalé que 19 des 20 marins à bord présentaient une combinaison de symptômes gastro-intestinaux et neurologiques. Les 20 marins avaient consommé un barracuda et des calmars qu'ils avaient eux-mêmes pêchés et qui avaient été préparés la veille par le cuisinier du navire. Les échantillons restants du poisson et du calmar ont été envoyés pour analyse. Selon l'article, l'échantillon de barracuda contenait des ciguatoxines.

La plupart des membres d'équipage se sont plaints de l'apparition soudaine de nausées, de vomissements, de diarrhées, de douleurs abdominales, de fatigue, de douleurs musculaires et de divers symptômes neurologiques, notamment de paresthésie, d'ataxie et d'un goût métallique dans la bouche. Il s'agissait d'hommes originaires des Philippines, âgés de 26 à 54 ans. Aucun échantillon de selles ou de vomissements des personnes symptomatiques n'était disponible. La plupart des cas étaient bénins et n'ont pas nécessité d'examen aux urgences ni d'hospitalisation. Cependant, pour cinq marins, une prise en charge médicale en milieu hospitalier a été nécessaire. L'un d'entre eux présentait une lésion rénale aiguë sous-jacente due à la déshydratation, ce qui a entraîné une hospitalisation de trois jours pour une thérapie intraveineuse, avec un rétablissement complet par la suite.

Les auteurs suggèrent que la combinaison de symptômes gastro-intestinaux et de paresthésie chez au moins 40 % des consommateurs de poisson de mer malades pourrait être utilisée pour classer une épidémie d'origine alimentaire sur la côte est de l'Australie comme étant très probablement due à un empoisonnement à la Ciguatera.

Compte tenu de l'itinéraire suivi par le vraquier entre Higashiharima et Gladstone, il est possible qu'il ait traversé les Îles Marshall, qui sont classées comme région d'approvisionnement en poisson interdite par les directives australiennes sur la manipulation des produits de la mer.

D'après la littérature actuelle, il existe une corrélation entre le tableau clinique de l'intoxication par la ciguatera et la région où le poisson contaminé est pêché. Par exemple, l'intoxication à la Ciguatera dans la région du Pacifique tend à déclencher davantage de troubles neurologiques, et l'intoxication à la Ciguatera dans la région des Caraïbes entraîne un taux plus élevé de symptômes gastro-intestinaux, d'après l'étude.

Les chercheurs estiment que les efforts devraient être orientés vers des initiatives de promotion de la santé, y compris la sensibilisation du grand public, du personnel maritime et des médecins. Ils ont également suggéré d'établir des politiques imposant des limites sur les espèces de poissons et les régions de pêche.

Les ciguatoxines ne sont pas détruites par la cuisson, la congélation ou la mise en conserve. Les symptômes apparaissent dans les heures qui suivent la consommation d'aliments contaminés et durent quelques jours. Ils comprennent des vomissements, des diarrhées, une faiblesse musculaire et des vertiges. Certaines personnes souffrent de démangeaisons, de picotements ou de troubles de la vision ; d'autres trouvent les choses froides chaudes et les choses chaudes froides.

Rappel sur la ciguatera :

La ciguatera est due à l'ingestion de poissons de récifs habituellement comestibles, mais ayant accumulé au cours de la chaine alimentaire des ciguatoxines produites par un phytoplancton. Les poissons qui peuvent provoquer un empoisonnement comprennent la truite corallienne, le barracuda, le vivaneau rouge, le donu, le poisson perroquet, le mérou, le maquereau espagnol, l'empereur rouge, le lapin, la morue de récif, le poisson d'esturgeon, la carangue, le poisson-roi et l'anguille. Les symptômes se produisent habituellement quelques minutes à une heure après avoir consommé le poisson contaminé.

Les symptômes possibles d'empoisonnement comprennent des nausées, des vomissements, de la diarrhée, des douleurs musculaires suivies de symptômes neurologiques, notamment des maux de tête, une inversion de la température (les choses chaudes sont froides et les choses froides sont chaudes), des étourdissements, des picotements, une faiblesse musculaire et des battements cardiaques irréguliers. L'apparition des symptômes se produit généralement dans les six heures suivant la consommation du produit contaminé et dure quelques jours ou semaines. La toxine de ciguatera n'affecte pas l'apparence, l'odeur ou le goût du poisson. La congélation ou la cuisson du poisson une fois qu'il a été contaminé ne tuera pas la toxine.

Le diagnostic est présomptif, en zone d'endémie, c'est la survenue de symptômes compatibles avec une intoxication dans les suites d'un repas de poisson connu pour être potentiellement toxique :

  • signes généraux : myalgies, arthralgies, prurit, éruptions cutanées, hypersudation ;
  • signes digestifs : douleurs abdominales diffuses, nausées, vomissements, hoquet ;
  • signes neurologiques : ataxie cérébelleuse, céphalées, troubles du sommeil, syndrome dépressif, hallucinations visuelles, paresthésies, atteintes des nerfs crâniens, coma ;
  • signes cardio-vasculaires : baisse du rythme cardiaque (bradycardie), hypotension artérielle, troubles du rythme.

La plupart des patients se rétablissent sans traitement habituellement dans les 2 à 3 heures. Parfois l'évolution est plus prolongée, jusqu'à 8 à 16 heures.

Cette intoxication est classiquement considérée comme bénigne mais on dénombre plusieurs cas où des signes cliniques graves sont apparus tels que collapsus cardiovasculaire et atteinte myocardique.

Source : Food Safety News

Pages associées