Australie : risque accru d'infection par le virus Ross River dans le Queensland

medecinedesvoyages.net

En Australie, le ministère de la santé du Queensland met en garde contre un risque accru d'infection par le virus Ross River dans tout l'État après que les activités de surveillance ont révélé une forte augmentation des détections de moustiques porteurs du virus. Jusqu'à présent, les autorités sanitaires ont été informées de 31 pièges à moustiques positifs dans tout l'État, ce qui est plus que le total des détections positives au cours des mois d'été 2019-20, lorsqu'il y avait une épidémie importante de virus Ross River. En 2020, 3 381 cas de virus Ross River ont été enregistrés.

Il est essentiel que les gens prennent des mesures pour se protéger des piqûres de moustiques et des maladies transmises par les moustiques.

Généralement, l'infection par le virus Ross River commence à augmenter avec l'arrivée des pluies et des températures chaudes en décembre, avant d'atteindre un pic en février et mars. Il est également habituel d'observer un nombre important de cas de virus Ross River tous les trois ou quatre ans. Les infections par le virus Ross River sont à l'origine du plus grand nombre de notifications de maladies humaines transmises par les moustiques dans le Queensland.

En 2023, 699 cas d'infection par le virus Ross River ont été enregistrés dans l'État. Dans l'ensemble de l'État, 64 cas ont été notifiés en janvier.

Rappel sur le virus Ross River

Le virus Ross River (RRV) est un arbovirus du genre Alphavirus.transmis par les moustiques et maintenu dans un cycle marsupial-moustique. Il a été isolé pour la première fois à partir de moustiques dans les années 1950, puis à partir d'un homme et d'un cheval, respectivement au début et à la fin des années 1970. Le RRV est endémique et enzootique dans tous les États d'Australie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et dans les Îles Salomon. Il a également été isolé en Nouvelle-Calédonie, aux Fidji, aux Samoa américaines et aux îles Cook pendant l'épidémie régionale du Pacifique entre 1979 et 1980.

Le cycle de transmission du RRV est complexe et implique de multiples hôtes et vecteurs. On pense que les principaux hôtes réservoirs sont les macropodes, notamment les wallabies et les kangourous. Il a été suggéré que dans les zones où les macropodes sont rares, l'opossum à queue en brosse (Trichosurus vulpecula) et l'homme sont susceptibles d'être les principaux hôtes réservoirs. Des flambées récentes dans le nord-est de l'Australie ont également suggéré un cycle probable de transmission homme-moustique-homme. Les chevaux et les roussettes sont également considérés comme des hôtes réservoirs possibles dans les zones périurbaines et rurales, car on sait qu'ils deviennent virémiques après l'infection. Le rôle des espèces aviaires est considéré comme insignifiant. Plus de 40 espèces de moustiques ont été identifiées comme des vecteurs compétents pour le RRV. Le moustique vecteur varie en fonction du terrain :Culex annulirostris domine à l'ntérieur des terres, Aedes notoscriptus est en cause en ville, et Ae. camptorhynchus et Ae. vigilax dominent en zone côtière.

La transmission du RRV se produit tout au long de l'année dans la zone côtière tropicale du nord-est de l'Australie, avec des pics associés aux fortes pluies de mousson ; dans la zone subtropicale du sud-est du Queensland, le RRV atteint un pic entre février et mai ; la zone tempérée connaît une activité épidémique, avec un pic entre mars et avril, et des cas sporadiques signalés à d'autres moments. Le Queensland et le Territoire du Nord rapportent le plus grand nombre de cas.

En général, la période d'incubation du RRV varie de 3 à 21 jours. Avec le virus Chikungunya c'est un des rares virus responsables d'une atteinte articulaire. En ce qui concerne les présentations aiguës, environ 70 à 90 % des patients ont souffert d'arthralgie (le plus souvent des articulations du genou, de la cheville et du poignet), de léthargie ou de fatigue, et de raideur articulaire ; 50 à 70 % ont souffert de myalgie ; environ 50 % ont présenté une éruption cutanée, de la fièvre et un syndrome grippal. La gravité et la durée des signes cliniques varient de quelques semaines à quelques mois ; cependant, plus de 50 % des patients continuent à présenter des symptômes 12 mois après la présentation initiale. À ce jour, aucun décès directement attribué à l'infection par le RRV n'a été rapporté. On estime que seulement 25 à 45 % des personnes sont symptomatiques. Les maladies causées par d'autres arbovirus arthritogènes, tels que le BFV et le CHIKV, peuvent présenter des signes cliniques similaires chez les humains infectés.

Il est conseillé de se protéger par :

  • le port de vêtements couvrants de couleur claire imprégnés d'insecticides,
  • l'utilisation de répulsifs anti-moustiques sur peau découverte, contenant du DEET,
  • l'utilisation de moustiquaires imprégnées.

En zone infectée il est recommandé d'éviter d'être à l'extérieur pendant les périodes de forte infestation de moustiques (par exemple en début de soirée dans les mois les plus chauds).

Référence : Pathogens. 2021 Mar 17;10(3):357. doi: 10.3390/pathogens10030357.

Source : Queensland Government

Pages associées