Un traitement préventif vis à vis du paludisme est indispensable chez les voyageurs se rendant à Zanzibar

medecinedesvoyages.net

Un article récemment publié dans la revue New Microbes and New Infections rapporte qu'en Europe, il est fait état d'un nombre croissant de cas de paludisme chez des voyageurs de retour d'un séjour généralement court à Zanzibar. Les auteurs rapportent 8 cas de paludisme à Plasmodium falciparum diagnostiqués chez des voyageurs ayant séjourné à Zanzibar (4 en Roumanie et 4 au Danemark).

Ces voyageurs ont séjourné entre 5 à 14 jours à Zanzibar entre novembre 2023 et janvier 2024. Aucun d'entre-eux n'a pris de traitement préventif vis à vis du paludisme au cours de son séjour à Zanzibar ainsi qu'au retour en Europe (un des voyageurs qui arrivait d'un séjour prolongé au Malawi et en Tanzanie au cours duquel il avait suivi une chimioprophylaxie par doxycycline, a arrêtè son traitement à son arrivée à Zanzibar). Sur ces 8 malades, 3 n'avaient pris aucun avis médical avant le départ, 2 avaient vu leur médecin généraliste qui n'avait pas recommandé de chimioprophylaxie, 2 avaient pris avis auprès de leurs voyagistes qui n'avaient pas recommandé de traitement préventif et un avait consulté auprès dans un service de médecine des voyages (il s'agit du voyageur qui antérieurement à son séjour à Zanzibar avait voyagé au Malawi). Les premiers symptômes sont apparus entre 4 à 13 jours après le retour, mais le diagnostic a été qui a été fait entre 24h et 7 jours après le début des signes, était souvent retardé. Les parasitémies allaient de moins de 0,1% à 23,5%. Une patiente d'âge compris entre 50 et 54 ans est décédée d'un accès pernicieux.

Le Statens Serum Institut du Danemark a alerté les pays de l'UE sur le nombre élevé de cas de paludisme à Zanzibar par l'intermédiaire du système européen d'alerte pour les maladies infectieuses (EWRS) et a demandé si d'autres pays avaient connu une situation similaire. Au 31 janvier 2024, une vingtaine de pays ont répondu à l'enquête, parmi lesquels 13 pays déclarent avoir vu des cas de paludisme importés de Zanzibar et/ou de Tanzanie en 2023/2024, en particulier au cours des derniers mois.

Commentaires :

La transmission du paludisme à Zanzibar est pérenne, avec un pic de transmission pendant les mois pluvieux de mars-juin et d'octobre-novembre.

mesvaccins.net rappelle que les [recommandations sanitaires aux voyageurs](http://recommandations sanitaires aux voyageurs) recommandent que tous les voyageurs séjournant en Tanzanie au-dessous de 1 800 m y compris à Dar es Salam et Zanzibar doivent bénéficier d'une chimioprophylaxie vis à vis du paludisme associée à une protection personnelle anti-vectorielle (répulsifs, moustiquaire). Des études entomologiques ont montré qu'à Zanzibar, l'anophèle vecteur du paludisme devenu prédominant était An. Arabiensis, une espèce qui pique à l'extérieur et en début de soirée, alors qu'habituellement les anophèles piquent surtout la nuit. Cet élément est à prendre en compte dans la gestion des répulsifs.

Source : New Microbes and New Infections