Fièvre jaune au Brésil : évolution de la situation épidémiologique et des recommandations vaccinales

Publié le 13 mar. 2010 à 22h08

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 18 novembre 2019.

MesVaccins.net.

De décembre 2008 à avril 2009, vingt cas humains de fièvre jaune, dont huit décès, ont été rapportés dans l'État de Rio Grande do Sul, situé dans l'extrémité sud du pays. C'est la première fois depuis 1966 que des cas humains de fièvre jaune ont été rapportés dans cet État. En conséquence, la zone à risque de fièvre jaune a été étendue et inclut maintenant la ville de Porto Alegre.

Toujours dans la partie sud du pays, l'État de São Paolo a lui aussi été frappé par des cas humains de fièvre jaune (28 cas dont 11 décès de février à avril 2009) dans une zone géographique considérée jusqu'alors comme exempte de risque.

Le 10 mars 2010, les Centers for Disease Control and Prevention ont modifié les recommandations de vaccination contre la fièvre jaune en cas de séjour au Brésil. Pour les états suivants :

  • Bahia Paraná,
  • Piauí,
  • Rio Grande do Sul,
  • Santa Catarina,
  • São Paulo,

la précision des régions à risque dans le texte a été remplacée par un renvoi à une carte du risque de fièvre jaune au Brésil.

Ces nouveautés épidémiologiques sont bien prises en compte par MesVaccins.net pour déterminer les conseils aux voyageurs et aux professionnels de santé.