Méningites à méningocoque au Tchad

Publié le 8 avr. 2010 à 17h17

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 18 novembre 2019.

MesVaccins.net.

Du 4 janvier au 28 mars 2010, le Ministère de la Santé du Tchad a notifié 1.531 cas suspects, dont 151 mortels (soit une létalité de 10 %). Jusqu’à présent, le seuil épidémique a été dépassé dans sept districts (Bébidja, Bédjondo, Béré, Doba, Dono-Manga, Goundi et Laï) et le seuil d’alerte a été franchi dans trois districts (Bénoye, Laokassi et Sarh). 

Les analyses de 67 échantillons de liquide céphalorachidien ont été positives pour le sérogroupe A et celles de 14 échantillons ont été positives pour le sérogroupe W 135. Cela indique des épidémies mixtes dans certaines zones (Dono-Manga), tandis que dans d’autres, soit le sérogroupe A (districts de Doba et Bébidja), soit le sérogroupe W135 (district de Goundi) est prédominant.  

Il est donc particulièrement important de recommander le vaccin méningococcique quadrivalent (A, C, W135 et Y) aux voyageurs se rendant au Tchad. Pour plus de précisions, rendez-vous ici.

Source : OMS.