Encéphalite équine vénézuélienne au Panama, près de la frontière avec la Colombie

Publié le 17 juin 2010 à 22h08

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 26 août 2020.

Deux cas d’encéphalite équine vénézuélienne ont été rapportés chez des chevaux dans l’est du Panama, près de la frontière avec la Colombie. La vaccination des chevaux a été entreprise pour éviter l’extension des cas. Le réservoir de la maladie est représenté par toutes les espèces équines (chevaux, ânes et zèbres), qui peuvent mourir de la maladie ou présenter des troubles neurologiques. Le virus est transmis par l’intermédiaire de moustiques (Culex ou Aedes). L’infection humaine est le plus souvent asymptomatique. Les formes symptomatiques peuvent se traduire par un syndrome grippal et plus rarement par une encéphalite, qui évolue vers un décès dans 10 à 25 % des cas.

Source : Promed.