Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Point sur la rage en Inde, Thaïlande, Bali...

Publié le 30 juin 2010 à 21h25

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

L'actualité nous rappelle que la rage est encore une maladie bien présente.

En Inde, à l'hôpital de Chandighar situé dans l'état d'Haryana, on note une recrudescence d'expositions au virus rabique (une centaine par mois). L'exposition est surtout d'origine canine ou simienne. Les patients proviennent des zones rurales ou péri urbaines. L'Inde est le pays le plus affecté par la rage au niveau mondial (20 000 à 30 000 cas par an).

En Thaïlande, le ministère de la santé signale le décès de 13 personnes infectées par la rage depuis janvier 2010. Six d'entre elles vivaient dans la capitale, Bangkok. 

A Bali, 59 cas dont 28 « cliniquement confirmés » et 57 décès sont officiellement recensés. Depuis 2008,  280 000 chiens ont été vaccinés et 78 000 euthanasiés. Quarante quatre mille personnes ont bénéficié de vaccinations post morsure.

En Afrique, on estime que 24 000 personnes meurent chaque année de la rage.

La rage est due à un virus transmis par la salive de mammifères infectés (chiens surtout, mais aussi chats, chauve-souris, etc.). Elle est constamment mortelle lorsque la maladie est cliniquement déclarée.

En cas de morsure il faut laver, désinfecter la plaie, évoquer la rage et consulter immédiatement un centre anti-rabique. 

Un vaccin préventif est disponible en pharmacie. IL est recommandé aux voyageurs particulièrement exposés (randonneurs, cyclistes, spéléologues, personnes pouvant entrer en contact avec des animaux à sang chaud) et pour les séjours de plus de 4 semaines ou les expatriations dans les régions à haut risque : Asie du sud, Amérique latine, Afrique.

Source : Promed.