Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Le point sur la peste à Madagascar au 8 janvier 2015 Médecine des voyages

Publié le 23 jan. 2015 à 08h40

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

A Madagascar, pour la première semaine de janvier 2015, les autorités sanitaires ont déclaré 7 nouveaux cas de peste dont 4 décès, dans le district d'Amparafaravola , situé dans le Nord-Est de Madagascar : 6 cas de peste pulmonaires (5 suspects, 1 probable) et 1 cas probable de peste bubonique.

Le 4 novembre 2014, les autorités avaient déclaré à l'Organisation mondiale de la santé cette épidémie de peste qui évoluait depuis août 2014. Le premier cas, décédé, avait été rapporté le 31 août 2014 dans le district de Tsiroanomandidy à l'ouest du pays.

Entre le 1er septembre 2014 et le 08 janvier 2015, un total de 220 cas dont 61 décès (létalité 28 %) a été rapporté avec 5 % des cas présentant une forme pneumonique : 23 districts sur 136, de régions différentes, rapportent des cas.

Dans la capitale, Antananarivo, 2 cas confirmés dont 1 décès ont été rapportés. Treize cas suspects ont été rapportés dans des quartiers souvent situés dans les zones inondables où vivent les populations les plus défavorisées.

La peste évolue sur un mode endémo-épidémique à Madagascar sur les Hautes-Terres du centre de l'île au dessus de 800m d'altitude avec une saisonnalité marquée : transmission plus importante entre novembre et février.

Une récente revue de la littérature rapporte qu'entre 1957 et 2001 un total de 20 900 cas suspects ont été décrits dans le monde et Madagascar représente 30 % des cas mondiaux.
 Entre 2003 et 2009, 300 à 1200 cas/an ont été rapportés, toutes formes confondues. La létalité pendant cette période est comprise entre 8 et 13 %.

Madagascar connait une recrudescence du nombre de foyers pesteux et du nombre de cas par épidémie, depuis presque 10 ans, cette augmentation est probablement en lien avec la dégradation des conditions socio-économiques.

  • Entre 1980 et 2000, la peste a ré-émergé dans la capitale avec une centaine de cas sporadiques annuels déclarés.
  • En 2011 d'autres foyers ont émergé au nord du pays.
  • En 2013, plusieurs épidémies de peste ont affecté l'île en novembre et décembre : le bilan est de 160 cas de peste détectés dans cinq districts différents du pays, 50 personnes en sont décédées.

A ce stade, les foyers de peste sont localisés essentiellement dans des zones rurales. Cependant, il est difficile de connaitre la situation exacte à Antananarivo. La situation est suivie avec attention compte tenu de l'évolution possible de foyers pesteux vers des zones péri-urbaines et urbaines mais ne constitue pas une alerte à ce stade.

Source : Institut de veille sanitaire, Bulletin hebdomadaire international n°487 du 14 au 20 janvier 2015.


Référence principale :