Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Vaccin H1N1 : les Français de plus en plus réticents

Publié le 13 oct. 2009 à 06h07

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.
- Médecin biologiste en poste à la Direction centrale du service de santé des armées.
- Membre de droit (sans droit de vote) de la Commission technique des vaccinations de la HAS, représentant du Service de santé des armées.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 10 décembre 2018.

Le scepticisme est encore plus marqué chez les médecins et les infirmiers. À quelques semaines du début de la campagne nationale de vaccination contre la grippe A pandémique, tout est presque prêt sauf… la population. Ces derniers mois, de multiples sondages et enquêtes montrent que les Français, simples citoyens ou professionnels de santé, ne sont pas très décidés à se faire vacciner. Ils le seraient même de moins en moins, selon les dernières données disponibles. «Dans une étude que nous avions menée en juin auprès d'un échantillon re présentatif de 1 000 personnes, 60 % avaient l'intention de se vacciner, et 40 % n'en avaient pas l'intention. Des estimations datant de mi-septembre suggèrent que la tendance s'est inversée», révèle le sociologue Michel Setbon (CNRS), spécialiste des questions de santé publique et de sécurité sanitaire.


Référence principale :