Maladie du dépérissement chronique des cervidés : un vaccin testé chez le cerf prometteur contre les maladies à prion humaines

Publié le 25 fév. 2015 à 11h19

Biographie

- Docteur vétérinaire.
- Journaliste à La Dépêche Vétérinaire.

Liens d'intérêt

- Aucun.

Un premier vaccin contre la maladie du dépérissement chronique des cervidés (MDC) a été testé avec succès chez le cerf aux Etats-Unis (1, 2).

Les chercheurs expliquent que ce vaccin peut non seulement protéger les cervidés sauvages contre la MDC mais aussi jeter une nouvelle lumière sur les maladies humaines soupçonnées d'être causées par une infection à prion, comme la maladie de Creutzfeldt-Jakob, le kuru, l'insomnie familiale fatale... Ils rappellent que des études associent également des infections prion-like à la maladie d'Alzheimer.

« Maintenant que nous avons prouvé qu'il était possible de prévenir une infection à prion chez l'animal, c'est probablement réalisable chez l'homme aussi », explique le neurologue qui a dirigé l'étude, Thomas Wisniewski, professeur au Langone Medical Center de l'université de New York.

Si d'autres expérimentations confirment l'efficacité du vaccin, Thomas Wisniewski estime qu'il suffirait que 10 % des cervidés d'un troupeau soient vaccinés pour le protéger.

Huit rappels vaccinaux pendant 11 mois

La MDC existe chez les cervidés sauvages et captifs d'Amérique du Nord. Les scientifiques redoutent qu'elle s'étende aux animaux d'élevage dans les régions touchées par la maladie.

Dans l'étude, cinq cerfs ont reçu le vaccin. Six autres ont reçu un placebo. Tous les cerfs ont été exposés à du tissu cérébral infecté par le prion de la MDC. Ces cerfs étaient réunis et participaient à des activités de groupe similaires à celles observées à l'état sauvage. Selon les chercheurs, les animaux étaient constamment exposés au prion infectieux.

Les cerfs vaccinés ont reçu huit rappels vaccinaux pendant 11 mois jusqu'à ce que des anticorps soient détectables dans le sang, la salive et les fèces. Ils étaient surveillés chaque jour afin de repérer des signes de maladie. Les scientifiques ont réalisé des biopsies des amygdales et des intestins tous les trois mois pour rechercher des signes d'infection par le prion de la MDC.

Des salmonelles avec une protéine prion-like

En deux ans, tous les cerfs ayant reçu le placebo ont développé la MDC. Quatre des cerfs vaccinés ont mis plus de temps à développer l'infection et le cinquième était toujours indemne au moment de la publication de l'article.

Thomas Wisniewski et son équipe ont fabriqué le vaccin avec des salmonelles pour refléter le mode le plus commun de l'infection naturelle - l'ingestion d'aliment ou de fèces contaminé par le prion. Ils ont inséré une protéine prion-like dans le génome d'une salmonelle, qui entraîne la production d'anticorps anti-prion chez l'hôte auquel elle est administrée.

« Nos expériences sur ce vaccin montrent une efficacité chez la souris et le cerf. Nous pensons que la méthode et le concept peuvent s'étendre à une technique pour la prévention et le traitement potentiel de nombreuses maladies à prion », indique Fernando Goni, professeur associé au Langone Medical Center.

Références

  1. Goñi F, Mathiason CK, Yim L, Wong K, Hayes-Klug J, Nalls A, Peyser D, Estevez V, Denkers N, Xu J, Osborn DA, Miller KV, Warren RJ, Brown DR, Chabalgoity JA, Hoover EA, Wisniewski T. Mucosal immunization with an attenuated Salmonella vaccine partially protects white-tailed deer from chronic wasting disease. Vaccine. 2015 Jan 29;33(5):726-33.
  2. JAVMA news, 15 février 2015.