Choléra

Dernière mise à jour : 18 juin 2021 14:46:19


La maladie

Mise à jour juin 2021.

La maladie résulte de la consommation d'eau ou d'aliments contaminés. Contrairement à une idée reçue, la bactérie responsable du choléra (le vibrion cholérique) est peu transmissible lorsque les règles d’hygiène de base sont respectées et peu susceptible d'entraîner la maladie chez une personne en bonne santé ; en effet, le vibrion cholérique est dans ce cas rapidement détruit par l'acidité gastrique. La durée d'incubation est courte, de quelques heures à cinq jours. La plupart des sujets contaminés présentent peu ou pas de symptômes. Les personnes malades ont une diarrhée abondante mais indolore et des vomissements pouvant aboutir rapidement à une déshydratation sévère et à la mort du sujet en l’absence de traitement. Celui-ci consiste pour l'essentiel en une réhydratation par voie orale ou parentérale, selon le degré de sévérité.

Aujourd’hui, les mesures d’assainissement et d’hygiène collective ont fait disparaître le choléra en France (hormis en Guyane et à Mayotte, où des cas sporadiques sont survenus au cours des dix dernières années).

Les recommandations vaccinales

La vaccination anticholérique n’est recommandée que pour les personnels devant intervenir auprès de malades, en situation d’épidémie. Dans tous les autres cas, une prévention efficace est assurée par une bonne hygiène individuelle (lavage des mains) et alimentaire.

Le vaccin recombinant inactivé Dukoral dirigé contre Vibrio cholerae (vibrion cholérique) sérogroupe O1 dispose d’une autorisation de mise sur le marché (AMM). C'est le seul vaccin anticholérique disponible actuellement en France (depuis le 2 mars 2020). Le vaccin Dukoral est indiqué chez les adultes et les enfants âgés de 2 ans et plus se rendant dans des régions où la maladie est endémique/épidémique).

Le vaccin Vaxchora (vaccin vivant atténué) a obtenu une autorisation de mise sur le marché le 1er avril 2020 pour l’immunisation active contre la maladie causée par Vibrio cholerae de sérogroupe O1 chez les adultes et les enfants âgés de 2 ans et plus. Il n’est pas encore commercialisé

Les recommandations pour les voyageurs

Une prévention efficace est assurée par des règles d’hygiène simples appliquées à l’alimentation et à l'eau.

La vaccination contre le choléra n’est pas recommandée pour les voyageurs ; elle peut être recommandée pour les personnels devant intervenir auprès de malades, en situation d’épidémie, et chez les personnels déployés dans le cadre de mandats ONU (Organisation des Nations Unies) dans les pays où le choléra est présent.

Le schéma vaccinal

1. Primovaccination

Les doses doivent être administrées, par voie orale, à intervalles d’au moins une semaine. Si plus de 6 semaines se sont écoulées entre les doses, la primovaccination doit être recommencée. L’immunisation doit être terminée au moins une semaine avant l’exposition éventuelle à Vibrio cholerae O1.

  • Adultes et les enfants âgés de 6 ans et plus : 2 doses ;
  • Enfants de 2 à 6 ans : 3 doses ;
  • Enfants de moins de 2 ans : il n’est pas conseillé de vacciner les enfants de moins de 2 ans.

2. Rappel

Pour assurer une protection continue contre le choléra, une seule dose de rappel est recommandée dans les deux ans pour les adultes et les enfants de 6 ans et plus, et dans les 6 mois pour les enfants âgés entre 2 et 6 ans.

Aucune donnée d’efficacité clinique n’a évalué l’administration de doses de rappel. Toutefois, des données immunologiques et de durée de protection du vaccin semblent indiquer que si moins de deux années se sont écoulées depuis la dernière vaccination chez l’adulte et moins de 6 mois chez l’enfant de 2 à 6 ans, une seule dose de rappel doit être administrée. Si plus de deux années se sont écoulées depuis la dernière vaccination (plus de 6 mois chez l’enfant âgé de 2 à 6 ans), la primo-vaccination doit être renouvelée.

Vaccins contre cette maladie