La maladie

La maladie résulte de la consommation d'eau ou d'aliments contaminés. Contrairement à une idée reçue, la bactérie responsable du choléra (le vibrion cholérique) est peu transmissible lorsque les règles d’hygiène de base sont respectées et peu susceptible d'entraîner la maladie chez une personne en bonne santé ; en effet, le vibrion cholérique est dans ce cas rapidement détruit par l'acidité gastrique. La durée d'incubation est courte, de quelques heures à cinq jours. La plupart des sujets contaminés présentent peu ou pas de symptômes. Les personnes malades ont une diarrhée abondante mais indolore et des vomissements pouvant aboutir rapidement à une déshydratation sévère et à la mort du sujet en l’absence de traitement. Celui-ci consiste pour l'essentiel en une réhydratation par voie orale ou parentérale, selon le degré de sévérité.

Aujourd’hui, les mesures d’assainissement et d’hygiène collective ont fait disparaître le choléra en France (hormis en Guyane et à Mayotte, où des cas sporadiques sont survenus au cours des dix dernières années).

Les recommandations vaccinales

La vaccination anticholérique n’est recommandée que pour les personnels devant intervenir auprès de malades, en situation d’épidémie. Dans tous les autres cas, une prévention efficace est assurée par une bonne hygiène individuelle (lavage des mains) et alimentaire.

Le schéma vaccinal

Il existe un vaccin anti-cholérique administré par voie orale (avalé par la bouche), le vaccin Dukoral®.

  • Dès l'âge de 6 ans : 2 doses à une semaine d’intervalle. 
  • Enfants âgés de 2 à 5 ans révolus : 3 doses à une semaine d’intervalle.

Les doses doivent être administrées avec un intervalle d'au moins une semaine. Si plus de 6 semaines se sont écoulées entre les doses, la primovaccination doit être recommencée.