Le plus grand essai clinique jamais réalisé pour un vaccin cholérique oral au Bangladesh

Publié le 20 fév. 2011 à 13h14

Biographie

- Professeur agrégé du Val-de-Grâce, professeur invité à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 25 novembre 2021.

Le plus grand essai clinique d'un vaccin cholérique par voie orale sera lancé au Bangladesh. Les autorités sanitaires espèrent que la vaccination pourrai épargner des milliers de vies chaque année.

Le choléra est une maladie diarrhéique aiguë due à des souches appartenant à l'espèce Vibrio cholerae et productrices d'un entérotoxine, la toxine cholérique. Cette toxine peut entrainer une déshydratation majeure pouvant conduire au décès en quelques heures en l’absence de traitement. Selon les estimations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 3 à 5 millions de cas de choléra surviennent chaque année, dont 100 000 à 120 000 décès. Le traitement repose sur la réhydratation par voie orale ou parentérale, selon le degré de sévérité. L’approvisionnement en eau sûre et l’assainissement sont essentiels pour réduire l’impact du choléra et des autres maladies à transmission hydrique.

La vaccination anticholérique par voie orale est un moyen complémentaire de lutte, longtemps considéré comme trop cher pour une utilisation à grande échelle. La mise à disposition d'un vaccin oral contre le choléra bon marché produit en Inde a permis de rendre possible cet essai clinique, qui sera lancé au Bangladesh à Mirpur, ville située dans une banlieue pauvre à l'ouest de la capitale, Dhaka. Cet essai concernera 240 000 personnes : 160 000 recevront deux doses vaccinales, les 80 000 autres personnes constituant le groupe contrôle. L'ensemble de la population étudiée fera l'objet d'une surveillance durant les quatre années suivant l'administration du vaccin. Si cet essai clinique montre l'efficacité et la sécurité du vaccin utilisée, de nombreux pays pourront alors espérer une amélioration de la lutte contre le choléra.

Le risque de choléra est très faible pour le voyageur en bonne santé qui séjourne en zone d'endémie ou d'épidémie. En effet, les vibrions cholériques sont rapidement détruits par l'acidité gastrique. C'est pourquoi, en France, la vaccination n'est recommandée que pour les personnes appelées à soigner des malades atteints de choléra au cours d'une épidémie. Dans les pays à bas niveau d'hygiène, chez les personnes pauvres, affaiblies ou malnutries, notamment les enfants, la dose infectante du vibrion cholérique est plus faible et le risque d'être atteint du choléra est beaucoup plus élevé. 

Source : International Center for Diarrhoeal Diseases Research, Bangladesh (ICDDR'B).