Plan national Bien vieillir et vaccinations

Publié le 1 mar. 2011 à 22h59

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 26 août 2020.

Le Haut Conseil de la santé publique vient de publier une évaluation du Plan national Bien vieillir 2007-2009 (PNBV).  Ce plan s’inscrit dans le projet multinational de trois ans Healthy Ageing, lancé par le programme de santé publique de l’Union européenne en 2004. Il a pour objectif de proposer des mesures permettant d'assurer un "vieillissement réussi" au plus grand nombre, tant du point de vue de la santé individuelle que des relations sociales, en favorisant la mise en œuvre d’actions de prévention adaptées. Il s'agit en particulier de prévenir les complications des maladies chroniques, de promouvoir les comportements favorables à la santé, d'améliorer l’environnement individuel et collectif et de renforcer le rôle social des seniors.

Au-delà des réserves qu'il formule sur le déficit de gouvernance, de structuration et de moyens, le comité d'évaluation du PNBV se déclare étonné que des objectifs visant spécifiquement les personnes âgées n’aient pas été pris en compte, en particulier ceux relatifs aux vaccinations (grippe et maladies relevant de recommandations vaccinales en population générale) : "Ces objectifs sont pourtant pleinement insérés dans la thématique de prévention du vieillissement pathologique.  La vaccination est une mesure de prévention universelle qui vise à remédier aux inégalités lorsqu’elle est prise en charge par la société".

Source : Haut Conseil de la santé publique.