Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

L’épidémie d’hépatite E se poursuit en République Centrafricaine Médecine des voyages

Publié le 8 déc. 2018 à 14h44

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En République Centrafricaine, dans le suivi de l'épidémie de l'hépatite E qui sévit dans la sous-préfecture de Bocaranga-Koui, préfecture de Ouham-Pendé (à l'ouest du pays qui a au nord une frontière avec le Cameroun et le Tchad) depuis la fin d'octobre 2018, 67 nouveaux cas de syndrome de jaunisse aiguë ont été rapportés, dont 51 ont été confirmés pour le virus de l'hépatite E.

Le 23 novembre 2018, un total de 119 cas de syndrome de jaunisse aiguë dont 2 mortels (létalité, 1,7 %).

L'épidémie a été principalement signalée dans la ville de Bocaranga. Sur les 119 cas, 80 (67 %) ont été confirmés hépatite E par l'Institut Pasteur de Bangui. 

Rappels sur l'hépatite E :

Le virus de l'hépatite E (HEV), du genre Orthohepevirus de la famille des Hepeviridae est transmis principalement par de l'eau de boisson contaminée ou plus accessoirement par des aliments provenant d'animaux infectés ou par voie materno-fœtale. L'hépatite E est présente dans le monde entier avec différents génotypes. Le génotype 1 est habituellement rencontré dans les pays en développement et provoque des épidémies communautaires, alors que le génotype 3 est habituellement vu dans les pays développés sous forme de cas sporadiques. À l'échelle mondiale, 57 000 décès et 3,4 millions de cas sont attribuables à l'infection par les virus de l'hépatite E de génotypes 1 et 2. 

HEV entraîne des cas d'hépatite virale aiguë sporadique et épidémique. La maladie est le plus souvent asymptomatique ou très bénigne. Après une incubation de 3 à 8 semaines, dans les formes symptomatiques le virus donne généralement lieu à une infection (ictère, hépatomégalie, nausées et vomissements) qui régresse spontanément en 4 à 6 semaines. La maladie est particulièrement grave chez les femmes enceintes où on observe une mortalité élevée.

Il est recommandé aux voyageurs : 

  • de respecter les pratiques d'hygiène individuelles telles que le lavage des mains avec de l'eau et du savon, en particulier avant de manipuler des aliments ;
  • d'éviter l'usage de serviettes collectives pour s'essuyer les mains ou le visage ;
  • de ne manger que des aliments bien cuits ;
  • d'éviter la consommation de poissons, coquillages, ou fruits de mer autrement que bien cuits ou frits ;
  • de peler soigneusement, à défaut cuire ou désinfecter les fruits et légumes ;
  • de ne boire que de l'eau minérale en bouteille capsulée ou de l'eau traitée (par chloration, par troclosène sodique ou par ébullition) ;
  • de ne pas consommer de glaçons, de crèmes glacées ou sorbets en vente publique.

Source : Outbreak News Today.


Maladie : Hépatite E

Référence principale :