Leptospirose à Mayotte Médecine des voyages

Publié le 8 avr. 2011 à 12h33

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

A Mayotte, la leptospirose fait l'objet d'une surveillance spécifique, avec une déclaration de tous les diagnostics confirmés (le test de référence utilisé fait appel à une technique de biologie moléculaire appelée "RT-PCR") par le laboratoire du Centre Hospitalier de Mayotte (CHM) à la Cellule de Veille, d'Alerte et de Gestion Sanitaire (CVAGS) de l'Agence Régionale de Santé de l'Océan Indien (ARS-OI).

En 2011, le nombre hebdomadaire d'examens diagnostiques réalisés est en augmentation depuis fin février, atteignant le nombre de 43 fin mars, dont 44 % étaient positifs. Cette augmentation correspond à la saisonnalité de la leptospirose, marquée par une recrudescence en fin de saison des pluies, de mars à mai. La maladie atteint majoritairement des hommes de tous les âges, potentiellement infectés lors de travaux agricoles ou de baignades en rivière. Il existe des formes graves, ictéro-hémorragiques, de leptospirose.

Les principales mesures de prévention et de protection individuelle contre la leptospirose sont les suivantes :

  • Eviter de se baigner en eau douce, particulièrement lorsqu'on est porteur de plaies, et limiter les contacts des muqueuses avec l'eau ;
  • Dans la mesure du possible, se protéger par le port de bottes et de gants en cas d'activité à risque (agriculture, élevage...) ;
  • Lutter contre les rongeurs, qui sont le réservoir de la maladie.

Il existe une vaccination contre la leptospirose. Son efficacité étant limitée à certaines souches de leptospire, elle est rarement réalisée en pratique.

Source : Institut national de veille sanitaire et CIRE Océan indien.