Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Suspicion de recrudescence de la tuberculose depuis la fin de l'obligation vaccinale par le BCG chez les enfants

Lu 246 fois
Publié le 7 juin 2011 à 21h12

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.
- Médecin biologiste et responsable d'un Centre de vaccinations internationales dans un Hôpital d'instruction des armées.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 4 novembre 2016.

Des données sur l'évolution du nombre de cas de tuberculose depuis la fin de l'obligation vaccinale par le BCG des enfants en France viennent d'être publiées dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, la revue de l'Institut de veille sanitaire.

L'obligation de vaccination par le BCG a été suspendue en juillet 2007 et remplacée par une recommandation de vaccination des enfants à risque de tuberculose, qui incluent notamment tous les enfants nés en Ile-de-France ou en Guyane. Par ailleurs, le dispositif de vaccination intradermique par multipuncture (Monovax®) a été retiré du marché en janvier 2006, entraînant une baisse de la couverture vaccinale. Ce vaccin était en effet plus facile à administrer que le vaccin actuel, injecté par voie intradermique à l'aide d'une aiguille et nécessitant une bonne maîtrise du geste technique. Les données de la déclaration obligatoire de la tuberculose parmi les enfants nés après janvier 2006 permettent de juger de l'impact de ces nouvelles modalités de vaccination.

Les dernières études publiées font état d'une baisse de la couverture vaccinale* des enfants à risque depuis 2006, notamment en dehors de l'Île-de-France où elle ne dépasse pas 65 % chez les moins de 2 ans. En Île-de-France, la couverture vaccinale est meilleure, notamment pour les enfants les plus à risque de tuberculose chez lesquels elle est proche de 90 %. 

Le nombre de cas de tuberculose déclarés en France en 2009 parmi les enfants de moins de 4 ans est similaire à celui observé avant 2006 et le nombre de formes graves (méningites et miliaires tuberculeuses) reste très faible. Cependant, le nombre de cas parmi les moins de 4 ans augmente hors Île-de-France et s'accompagne d'une augmentation de la proportion de cas non vaccinés. En 2009, 36 cas ont été déclarés en Île-de-France, aucun en Guyane et 77 en France métropolitaine hors Île-de-France. En 2005, 44 cas avaient été déclarés en Île-de-France, 2 en Guyane et 67 en France métropolitaine hors Île-de-France. 

Dans ce contexte, l'exemple de la Suède est intéressant. Après l'arrêt de la vaccination généralisée par le BCG en 1975, la couverture vaccinale des enfants à risque est restée très insuffisante et l'incidence de la tuberculose a rapidement augmenté chez les enfants nés en Suède de parents étrangers. Il a fallu que la couverture vaccinale des enfants à risque s'améliore à partir de 1984 pour que l'incidence dans les populations à risque diminue. L'Institut de veille sanitaire incite donc à la plus grande vigilance et insiste sur la nécessité d'une bonne protection vaccinale des enfants à risque.

* La couverture vaccinale contre la tuberculose est la proportion de sujets à jour de la vaccination contre cette maladie, qui fait appel au vaccin BCG.

Source : Institut de veille sanitaire.


Maladie : Tuberculose

Vaccins : MONOVAX VACCIN BCG SSI

Référence principale :