Quel est le poids épidémiologique de l'hépatite B en France ?

Publié le 9 juin 2011 à 19h48

Biographie

- Professeur agrégé du Val-de-Grâce, professeur invité à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 25 novembre 2021.

Même s'il a été réduit par la vaccination, le poids épidémiologique de l'hépatite B en France métropolitaine reste très important : 

  • 0,65 % des adultes, soit plus de 280.000 personnes, étaient porteurs chroniques de l'antigène HBs en 2004. Seule une personne sur deux savait qu'elle était séropositive. Il faut rappeler que lors de la polémique sur l'hépatite B, cette prévalence était estimée à seulement 100.000.
  • Dépistage de l'Ag HBs (données recueillies par 167 laboratoires en 2008 et 2009) : 0,6 % des personnes testées sont positives (hommes : 0,9 % ; femmes : 0,5 %). L'hépatite B est en effet plus fréquente chez l'homme que chez la femme. L'explication de cette différence n'est pas connue.
  • 894 cas d'hépatite B aiguë symptomatique notifiés entre 2004 et 2009, dont 32 cas (4 %) ont présenté une hépatite fulminante (12 décès, 13 transplantés du foie).
  • Principales expositions à risque en 2004-2009 : risque sexuel (36 %) ; voyage dans un pays à risque (22 %) ; soins invasifs (9 %). Aucune exposition retrouvée dans 33 % des cas.
  • L'incidence (nombre de nouveaux cas) annuelle de l'hépatite B aiguë symptomatique a été estimée à 598 cas en 2004 et 474 cas en 2009.
  • Le nombre total d'infections symptomatiques et asymptomatiques dues au VHB a été estimé à 2.319 cas en 2004 et à 1.731 cas en 2009. 
  • Entre 2008 et 2009 : 1.916 patients pris en charge dans un pôle de référence pour une hépatite B chronique (des pôles de référence volontaires pour la prise en charge de l'hépatite chronique ont été mis en place).
  • 1.507 décès ont été attribués à l'hépatite B, soit un taux de mortalité de 2,6 pour 100 000 personnes ; taux de décès 2,5 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Il s'agit des résultats d'une enquête réalisée en 2004-2005.
Couverture vaccinale

Le calendrier vaccinal est toujours très mal appliqué, avec, en particulier, une couverture vaccinale des nourrissons qui reste inférieure à 50 %, et chez les jeunes de moins de 16 ans, des couvertures très insuffisantes. Les enquêtes récentes effectuées en milieu scolaire montrent en effet des couvertures à 39 % à 11 ans (élèves de CM2 en 2004-05) et à 42 % à l'âge de 15 ans (élèves de 3ème en 2003-04).

Ainsi, le nombre important de personnes vivant avec le virus de l'hépatite B et la couverture vaccinale insuffisante contre cette maladie constituent à l'heure actuelle un véritable problème de santé publique.

Source : Institut de veille sanitaire.