Évolution de l'épidémie de peste en République Démocratique du Congo Médecine des voyages

Publié le 23 juil. 2020 à 16h42

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

En République démocratique du Congo, la zone de santé de Rethy, dans la province de l'Ituri, a connu une recrudescence des cas de peste depuis juin 2020. 

Le premier cas, une fille de 12 ans, a été notifié dans un centre de santé local le 12 juin en maux de tête, fièvre, toux et ganglion lymphatique hypertrophié. 

Elle est décédée le même jour et d'autres décès de la communauté dus à des cas présumés de peste ont été signalés par la suite. 

Du 11 juin au 15 juillet, six des 22 zones de santé ont été touchées dans la zone de santé de Rethy (11 villages), avec un total de 45 cas dont neuf décès (létalité = 20 %). 

Les neuf (9) cas décédés présentaient :

  • des signes de maux de tête, une forte fièvre et des ganglions douloureux ; 
  • quatre (4) des neuf (9) cas avaient de la toux.

L'équipe de la zone de santé a mené une enquête qui a abouti à cinq tests de diagnostic rapide (TDR) positifs. Neuf échantillons supplémentaires ont été prélevés et expédiés au laboratoire de l'Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) à Kinshasa

Sur les 45 cas signalés :

Selon les informations disponibles, il est probable que les trois types de présentation clinique de la peste (bubonique, septicémique et pneumonique) soient présents. 

La répartition par sexe montre que 58 % (26/45) sont des hommes et 93 % (42/45) ont plus de cinq ans. 

Sur les 45 cas notifiés, neuf dont quatre décédés, avaient une toux parmi les symptômes signe indiquant une progression potentielle de la peste bubonique à la peste pneumonique

La peste est endémique dans la province de l'Ituri

Depuis le début de 2020, la province a notifié un total de 64 cas de peste et 14 décès (létalité = 21,8 %) dans cinq zones de santé, à savoir les zones de santé d'Aungba, Linga, Rethy, Aru et Kambala. Cela se compare à 10 cas et 5 décès (létalité = 50,0 %) au cours de la même période en 2019, le tout dans une seule zone. 

L'épidémie actuelle de Covid 19 affecte sept des 26 provinces du pays. 

La province de l'Ituri a également signalé des cas de Covid 19 qui peuvent interrompre davantage les activités de réponse en raison du confinement. Cela s'ajoute aux défis de longue date en matière de réponse de santé publique identifiés dans la région, notamment le manque de ressources et l'insécurité. 

Bien qu'il ait été signalé qu'il n'y a pas d'impact significatif du contexte de la Covid 19 sur les activités qui se déroulent dans ce domaine, les informations disponibles sur l'accès actuel aux soins de santé sont limitées. 

Cela inclut la nécessité ou non pour la population de l'Ituri de se faire soigner en Ouganda, ainsi que la disponibilité des ressources humaines, des médicaments et des équipements de protection individuelle (EPI). Le laboratoire de référence de Bunia, dans la province d'Ituri, n'est actuellement pas fonctionnel, ce qui pourrait retarder la confirmation des cas suspects et les efforts de riposte. 

Réponse de la santé publique 

Une équipe nationale d'intervention rapide (RRT) a été déployée dans la zone de santé touchée pour mener une enquête sur l'épidémie et mettre en œuvre les activités de réponse initiale. 

 Évaluation des risques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) 

L'infection par la peste peut entraîner une maladie grave entraînant une mortalité élevée chez l'homme, en particulier si elle n'est pas identifiée tôt. La peste peut se manifester sous trois formes: bubonique, septicémique et pneumonique. 

Si elle n'est pas traitée, la peste bubonique peut évoluer vers une peste pneumonique. Un diagnostic et un traitement précoces sont essentiels pour la survie et la réduction des complications. 

La zone de santé Rethy est endémique de la peste et enregistre régulièrement des cas de variantes enzootiques de Yersinia pestis , dans une grande partie de la population de rongeurs sauvages. 

Sa première épidémie a été signalée en février 2020 avec des cas importés de la zone de santé de Linga, basée dans la zone de santé de Godjoka. Sur le plan sécuritaire, il y a des rapports d'atrocités et de violences liées à la milice CODECO qui continuent d'impacter la population de ce territoire (Djugu et ses environs). 

Il y a eu des déplacements massifs de population dans les territoires de Djugu et de Mahagi. À l'heure actuelle, la zone de santé de Rethy a accueilli environ 112 714 personnes déplacées à l'intérieur du pays, dont la plupart sont originaires de la zone de santé de Jiba et Linga. 

L'insécurité croissante a un impact sur la circulation entre les villages et la volonté de la population de rester ou de travailler dans cette zone. Il y a également eu une détérioration des conditions d'eau, d'hygiène et d'assainissement dans les zones d'accueil et dans les sites de déplacés internes.

La détection précoce et la notification de l'épidémie actuelle par les agents de santé démontrent qu'un système de surveillance fonctionnel est en place. La province de l'Ituri disposait d'un laboratoire de référence à Bunia qui n'est plus fonctionnel. 

L'Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) de Kinshasa a la capacité d'effectuer des analyses de laboratoire pour les cas suspects. Cependant, les retards dans l'expédition des échantillons de Rethy à Bunia puis à Kinshasa, et les retards dans les tests à Kinshasa INRB en raison de la charge de travail élevée et du backload liés aux échantillons Covid 19 à tester, pourraient compromettre la surveillance et la réponse. Des efforts continus sont nécessaires pour s'assurer que tous les autres cas sont rapidement détectés, isolés et étudiés afin d'éviter l'établissement d'une transmission locale. 

Le risque au niveau national est considéré comme modéré étant donné l'évolution de la situation actuelle risque de se détériorer rapidement (taux de létalité: 20%), la notification des cas de peste pulmonaire, les défis du système de surveillance et les retards entre prélèvement d'échantillons et confirmation en laboratoire, et la situation sécuritaire instable et l'existence d'autres épidémies en cours dans le pays qui empêchent la mise en place d'une réponse plus globale. 

La zone de santé ne dispose actuellement pas de suffisamment d'EPI, de sacs mortuaires et de matériel nécessaire à la décontamination. 

Malteser International, une ONG qui approvisionne la zone de santé en médicaments, a eu du mal à faire entrer les produits dans la zone en raison de l'insécurité sur la route RN27. 

Les principes de contrôle sont connus et mis en œuvre (traitement précoce avec les antibiotiques recommandés, isolement des cas pneumoniques, chimioprophylaxie donnée aux proches des derniers, contrôle des rongeurs et des puces, inhumations sûres et dignes, et prévention des transmission) mais les moyens sont limités et le système de santé est incapable de gérer les cas de la manière la plus appropriée. Les antibiotiques utilisés pour le traitement des cas sont la Doxycycline, la Ciprofloxacine et le Cotrimoxazole. 

Pour le cas de forme pulmonaire ou septicémique, la gentamycine a été administrée. L'absence de confirmation en laboratoire est préoccupante mais l'utilisation des tests de diagnostic rapide (TDR) sur le terrain assure un minimum de confirmation parmi les cas suspects. Les TDR sont particulièrement fiables pour confirmer les formes suspectées de peste bubonique. Le risque au niveau régional est jugé faible car l'épidémie semble contenue dans la zone de santé de Rethy et qu'il s'agit d'une région isolée. Le risque est considéré globalement faible. 

Conseil de l'OMS 

La peste bubonique est la forme la plus courante de peste et est causée par la piqûre d'une puce infectée. 

Les mesures préventives consistent à informer les gens de la présence de peste zoonotique dans leur environnement et à leur conseiller de prendre des précautions contre les piqûres de puces et de ne pas manipuler les carcasses d'animaux. 

Les personnes, en particulier les agents de santé, devraient également éviter tout contact direct avec des tissus infectés tels que les bubons, ou une exposition rapprochée aux patients atteints de peste pulmonaire. 

Mesures de réponse recommandées pour toutes les formes de peste  

  • `Obtenir des échantillons qui doivent être soigneusement prélevés en utilisant des procédures appropriées d’infection, de prévention et de contrôle et envoyés aux laboratoires pour analyse. 
  • La confirmation de la peste nécessite des tests de laboratoire. La meilleure pratique consiste à identifier Y. pestis à partir d'un échantillon de pus provenant d'un bubon, de sang ou d'expectorations. 
  • Un antigène spécifique de Y. pestis peut être détecté par différentes techniques Assurer un traitement correct: un traitement rapide avec les bons médicaments est essentiel pour éviter les complications. Vérifier que les patients reçoivent un traitement antibiotique approprié tel que des aminosides, des fluoroquinolones, du chloramphénicol, des tétracyclines sulfamides et un traitement de soutien. 
  • Le traitement antibiotique peut devoir être ajusté en fonction de l'âge du patient, des antécédents médicaux, des conditions de santé sous-jacentes ou des allergies. 
  • La durée du traitement est de 10 à 14 jours, ou jusqu'à 2 jours après la disparition de la fièvre. Protégez les agents de santé. Informez-les et formez-les sur la prévention et le contrôle des infections. Les travailleurs en contact direct avec des patients atteints de peste pulmonaire doivent porter un équipement de protection individuelle complet et utiliser les précautions standard pour les maladies respiratoires. Selon les circonstances, ils peuvent également prendre une chimioprophylaxie avec des antibiotiques comme la doxycycline pendant une durée de sept jours ou au moins tant qu'ils sont exposés à des patients infectés. Cependant, la chimioprophylaxie ne peut remplacer l'utilisation d'un EPI et les précautions physiques individuelles. Isolez les patients atteints de peste pneumonique. 
  • Les patients atteints de peste pulmonaire confirmée ou suspectée doivent être isolés afin de ne pas infecter les autres via des gouttelettes d'air. Fournir des masques aux patients pneumoniques.

Suivi des contacts : 

  • identifier, informer et surveiller les contacts étroits des patients atteints de peste pulmonaire et leur offrir une chimioprophylaxie de sept jours ;
  • assurer des pratiques d'inhumation sûres ;
  • des mesures optimales de prévention et de contrôle des infections doivent être observées lors des funérailles et des funérailles ;
  • les cérémonies funéraires dans les maisons des victimes de la peste qui peuvent impliquer des rassemblements de personnes doivent être découragées ;

Afin de gérer efficacement et efficacement les épidémies de peste, il est essentiel de disposer d'un personnel de santé (et d'une communauté) informé et vigilant pour diagnostiquer et gérer rapidement les patients infectés, identifier les facteurs de risque, mener une surveillance continue, contrôler les vecteurs et les hôtes. , pour confirmer le diagnostic par des tests de laboratoire et pour communiquer les résultats aux autorités compétentes.

Source : Organisation mondiale de la santé.