Ré-émergence du virus Chikungunya au Cambodge Médecine des voyages

Publié le 24 juil. 2020 à 11h12

Biographie

Médecin biologiste.

Au Cambodge, le 23 juillet 2020, le ministère de la santé a confirmé la ré-émergence de la maladie à virus Chikungunya dans le nord ouest de la province de Banteay Meanchey.

Depuis le 19 juillet, plusieurs dizaines d'habitants de la commune de Poipet située à la frontière thaïlandaise présentaient une fièvre, des douleurs articulaires et une éruption cutanée. Des prélèvements ont été réalisés chez 104 patients. L'Institut Pasteur du Cambodge a confirmé le diagnostic d'infection à virus Chikungunya le 22 juillet.

Jusqu'à présent, selon les données diffusées par le Centre européen de prévention et contrôle des maladies, seuls quatre pays du continent asiatique avaient rapportés des cas en 2020. Il s'agissait de l'Inde (au 1 mars 2020, les autorités sanitaires avaient signalé 53 cas dans l'État de Karnataka et 13 dans celui de Maharashtra), de la Malaisie (au 23 mai, le ministère de la santé avait rapporté 548 cas essentiellement dans la région de Perak), de la Thaïlande (7 juin, les autorités du pays avait décrit 1 946 cas répartis sur 54 des 77 provinces) et du Yemen (selon les media, une épidémie d'infection à virus Chikungunya adébuté fin avril 2020 à Aden avec plus de 3 000 cas dont 50 décès).

Rappel sur le virus Chikungunya :

Le chikungunya est une maladie virale transmise par des moustiques décrite pour la première fois à l'occasion d'une flambée dans le sud de la Tanzanie en 1952. Le virus responsable est arbovirus ((virus transmis par les arthropodes), un Alphavirus de la famille des Togaviridae. Il est transmis d'un être humain à l'autre par les piqûres de moustiques femelles infectées. Les moustiques incriminés sont le plus souvent Aedes aegypti et Aedes albopictus, susceptibles de piquer pendant la journée, bien que leur activité maximale se situe surtout tôt le matin et en fin d'après-midi. Les deux espèces piquent à l'extérieur, mais Aedes aegypti le fait aussi volontiers à l'intérieur des bâtiments.

La maladie se manifeste généralement entre quatre et huit jours après la piqure par un moustique infecté. Elle est fortement invalidante et se caractérise par l'apparition brutale de fièvre souvent accompagnée de douleurs articulaires intenses  concernant principalement les petites ceintures articulaires (poignets, doigts, chevilles, pieds), de douleurs musculaires et de céphalées. La plupart des patients se rétablissent complètement, mais dans certains cas l'arthralgie peut persister pendant plusieurs mois ou même plusieurs années. On a signalé des cas occasionnels de complications oculaires, neurologiques et cardiaques, ainsi que des douleurs gastro-intestinales. Les personnes les plus à risque sont les malades chroniques, les enfants en bas âge et les femmes enceintes. Rarement, surtout chez les enfants, elle peut causer une méningite. La prise en charge médicale est purement symptomatique, reposant sur des traitements antidouleurs et anti-inflammatoires.

Conseils aux voyageurs

Aucun vaccin n'est disponible contre le chikungunya. 

Il est conseillé aux voyageurs de se protéger des piqûres de moustique. Il convient de respecter les mesures habituelles de lutte anti-vectorielle :

  • de réduire le temps passé à l'extérieur pendant les heures de pointe du moustique (entre le crépuscule et l'aube) ;
  • de porter des vêtements de couleur claire avec des manches longues, pantalons et chaussettes dans les zones où les moustiques sont présents ;
  • de se protéger des piqûres de moustiques en utilisant un insectifuge contenant du DEET ; 
  • de nettoyer les gouttières et vider régulièrement les bains d'oiseaux et autres objets susceptibles de recueillir de l'eau ;
  • de s'assurer que les barils de pluie sont recouverts de moustiquaires ou qu'ils sont étroitement scellés autour du tuyau de descente des eaux de pluies ;
  • d'améliorer l'aménagement paysager pour empêcher l'eau stagnante autour de la maison.

Les personnes qui utilisent un écran solaire doivent appliquer le répulsif 20 minutes après l'écran solaire.

Afin d'éviter au maximum la dissémination du virus dengue, chikungunya ou Zika sur le territoire métropolitain, devant une fièvre d'apparition brutale et des douleurs articulaires ou musculaires dans les 15 jours qui suivent le retour de voyage, il faut consulter son médecin au plus vite en signalant son voyage.

Source : Promed.