Flambée de brucellose apparemment liée à un aérosol de vaccin animal en Chine Médecine des voyages

Publié le 19 sept. 2020 à 21h59

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Selon un rapport d'enquête du 14 septembre 2020, un total de 3 245 personnes ont été testées positives pour la brucellose à Lanzhou, dans la province du Gansu, dans le nord-ouest de la Chine. A la date du 14 septembre 2020, 21 847 personnes avaient été testées pour la brucellose, dont 4 646 étaient dépistés positives et 3 245 confirmées par le Gansu Provincial Center for Disease Control and Prevention.

Selon un rapport d'enquête du 24 juillet au 20 août 2020, le Zhongmu Lanzhou biological pharmaceutical factory, situé près du Lanzhou Veterinary Research Institute, aurait utilisé un désinfectant périmé dans le processus de fabrication de vaccins contre la brucellose à usage animal, qui a conduit à la présence de bactéries viables dans la cuve de fermentation de production. Le gaz résiduaire transportant le liquide de fermentation contenant les bactéries a formé des aérosols contenant des bactéries. L'Institut de recherche vétérinaire était sous le vent de l'usine et des infections sont survenues.

Rappels sur la brucellose.

La brucellose est une des maladies les plus graves du bétail, compte tenu des dommages causés par l'infection chez les animaux. la production de lait diminuée, la perte de poids, la perte de jeunes animaux, l'infertilité et la boiterie sont certains des effets sur les élevages d'animaux.

La brucellose est une zoonose due à des bactéries du genre Brucella. Elle demeure endémique dans le Bassin méditerranéen, le Moyen Orient, en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

Le réservoir animal est constitué par de nombreux animaux terrestres. Les principales espèces de Brucella sont :

  • Brucella melitensis : ovins, caprins (Bassin méditerranéen, Moyen-Orient) ;
  • Brucella abortus : bovidés (ubiquitaire) ;
  • Brucella suis : suidés (Amérique, Asie, Océanie).

A partir des animaux, la contamination humaine peut être :

  • directe, cutanéo-muqueuse (1 cas sur 2), pour certaines professions exposées comme les éleveurs, les fermiers, les travailleurs des abattoirs et les vétérinaires (avortements, mises à bas du bétail), contamination surtout par voie cutanée (peau saine, plaies), plus rarement muqueuse (conjonctivale) ou aérienne ;
  • indirecte, digestive (1 cas sur 2), en cas de comportement à risque : consommation de lait cru ou de fromages artisanaux notamment. Cette situation peut être rencontrée chez des touristes qui voyagent en partageant le mode de vie des populations locales, en particulier sur le plan alimentaire.

La brucellose se présente dans sa phase aiguë avec une fièvre prolongée, ondulante, sudoro-algique, avec des sueurs profuses nocturnes malodorantes (odeur de paille mouillée) et des arthromyalgies, ou avec une primo-invasion a minima pseudo-grippale, voire silencieuse.

Après une atténuation des symptômes cliniques, on observe la survenue possible de localisations septiques secondaires. Cette phase chronique évolue pendant plus de six mois, avec ou sans localisation secondaire identifiable (ostéoarticulaire, cardiaque, neurologique, hépatique, uro-génitale ou digestive).

Source : ProMED.