Premier cas de variante lambda de SARS-CoV-2 signalé au Japon Médecine des voyages

Publié le 9 août 2021 à 17h45

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Japon, le ministère de la Santé a signalé le premier cas confirmé de la variante lambda de SARS-CoV-2 responsable du COVID-19.

La nouvelle variante du coronavirus, décrite pour la première fois au Pérou, a été détecté chez une femme d'une trentaine d'années qui est arrivée à l'aéroport Haneda de Tokyo le 20 juillet, trois jours avant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques, après avoir voyagé au Pérou. Elle a été testée positive au coronavirus lors d'un contrôle de quarantaine à l'aéroport, sans présenter de symptômes. Le National Institute of Infectious Diseases a confirmé les résultats.

Le variant lambda a été identifié pour la première fois au Pérou en août 2020, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Des cas avec cette variante ont maintenant été identifiés dans 28 pays, bien que beaucoup d'entre eux n'aient identifié qu'une poignée de cas lambda.

Selon l'OMS, la variante lambda est porteuse d'un certain nombre de mutations dont on soupçonne les implications, telles qu'une éventuelle augmentation de la transmissibilité ou une éventuelle résistance accrue aux anticorps neutralisants. Toutefois, l'ampleur de l'impact de ces mutations n'est pas encore bien comprise et devra faire l'objet d'études supplémentaires.

Source : Outbreak News Today.