Vaccination des personnes atteintes d'un trouble du spectre de l'autisme : le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale fait une mise au point

Publié le 8 oct. 2021 à 16h51

Biographie

MD, PhD, ancien directeur scientifique de l’Institut de recherche biomédicale des armées (IRBA), Brétigny sur Orge, France.

Habilitation à diriger les recherches.

Enseignant à l’Ecole du Val-de-Grâce, à l’université d’Aix-Marseille, à l’Institut de formation en soins infirmiers Saint Joseph, Marseille.

Expert auprès de Santé publique France, de la Haute autorité de santé (HAS) et du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC).

Membre du Comité de protection des personnes (CPP) Sud-Ouest et Outre-mer II.

Liens d'intérêt

Absence de lien avec l’industrie pharmaceutique.

Aucune participation à des études cliniques de médicaments ou vaccins.

Déclaration établie le 2 janvier 2012, mise à jour le 21 septembre 2021.

Alors qu'il est recommandé de vacciner largement contre la covid 19, il a été observé une augmentation du nombre des demandes de dérogation émanant de parents d'adolescents atteints d'un trouble du spectre de l'autisme (TSA). Dans un communiqué du 30 septembre 2021, le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale (COSV) rappelle plusieurs éléments :

  • les pathologies psychiatriques sévères et les retards intellectuels sont identifiés comme facteurs de risque de formes graves de covid 19, quel que soit l'âge,
  • les  personnes  souffrant  de  pathologies  psychiatriques  débutées dans l’enfance, dont les TSA, sont plus exposées à l’infection, du fait notamment d’une plus grande difficulté à respecter les gestes barrière,
  • des études récentes suggèrent que l'autisme, qui peut nuire à la mise en œuvre correcte des mesures de prévention et complique la prise en charge des maladies infectieuses, particulièrement en milieu hospitalier, devrait constituer un motif de priorité dans les programmes de vaccination,
  • les TSA ne constituent en aucun cas une contre-indication à la vaccination, et aucun sur-risque d'effet indésirable des vaccins n'est mis en évidence chez les personnes atteintes de ces troubles.

Cependant, l'administration de vaccins doit prendre en compte les contraintes et besoins spécifiques qu'impose la maladie. En conséquence, le COSV recommande :

  • que les personnes atteintes de TSA soient vaccinées par les professionnels de santé qui les suivent, dans les établissements où elles sont habituellement reçues ou à domicile,
  • que pour celles qui ne peuvent être vaccinées dans leur structure d'accueil habituelle, un accès dédié au centre de vaccination soit organisé, en coordination avec la structure d'accueil. Les bonnes pratiques d'injection chez les patients porteurs de TSA doivent être connues et appliquées.

On rappellera à cette occasion qu'il n'a jamais été établi qu'un vaccin, quel qu'il soit et quelle que soit sa composition, pouvait être responsable de l'apparition de l'autisme.

Référence

  1. Importance de la vaccination chez les personnes atteintes d’un trouble du spectre de l’autisme (TSA), 30/09/2021.