Plusieurs dizaines de cas d’infection à Vibrio vulnificus en Floride Médecine des voyages

Publié le 15 sept. 2022 à 23h00

Biographie

Médecin biologiste.

Aux États-Unis, dans un rapport de suivi sur les cas et les décès dus à Vibrio vulnificus en Floride (voir la nouvelle 19677), les autorités sanitaires de l'État signalent 33 cas d'infections à V. vulnificus et 6 décès jusqu'au 9 Sep 2022.

Les cas sont répartis comme suit : Comtés de Bay (3), Brevard (2), Broward (2), Charlotte (1), Citrus (2), Collier (2), Dade (2), Duval (1), Escambia (4), Flagler (1), Hernando (1), Highlands (1), Indian River (1), Jackson (1), Lee (2), Madison (1), Manatee (1), Okaloosa (2), Pinellas (1) et Santa Rosa (2). Concernant les décès, les 6 décès ont été signalés dans les comtés de Bay (1), Broward (1), Citrus (2), Escambia (1) et Highlands (1). 

L'État avait enregistré 34 cas totaux d'infections à V. vulnificus et 10 décès en 2021.

La bactérie Vibrio vulnificus se trouve dans les milieux estuariens et est associée à diverses espèces marines comme le plancton, les crustacés (huîtres, palourdes et crabes) et les poissons.

La maladie résulte le plus souvent de l'infection des plaies, soit par contamination d'une plaie ouverte avec l'eau de mer hébergeant la bactérie, soit par lacération de la peau par le corail ou par un poisson. L'infection peut également survenir après ingestion d'eau ou de coquillages contaminée par la bactérie.
Il s'agit d'une bactérie très virulente qui peut causer trois tableaux infectieux bien distincts :

  • Une gastro-entérite aiguë, après ingestion de fruits de mer contaminés, associant vomissements, diarrhée et douleurs abdominales ;
  • Une infection nécrosante des plaies survenant 24 heures après une baignade avec une peau lésée ou une blessure par des poissons à épines (tilapia) ;
  • Le sepsis sévère à Vibrio. La porte d'entrée est digestive, lors d'un repas d'huîtres ou de crustacés consommés crus. L'incubation est courte (médiane 18 heures). Le développement du sepsis est rapide voire fulminant, avec fièvre, syndrome toxique, et cellulite ou fasciite nécrosantes par dissémination hématogène des extrémités des membres. La majorité des patients est porteuse d'une maladie hépatique chronique ou d'une surcharge en fer (alcoolique, cirrhose, hémochromatose). Les facteurs de risque de moindre importance incluent le diabète, l'insuffisance rénale, la thalassémie, une corticothérapie. La mortalité est de l'ordre de 50 % à plus de 80 % en cas de choc.

Pour se protéger contre Vibrio vulnificus, il est donc recommandé :

  • d'éviter d'exposer les plaies ouvertes, les coupures ou les éraflures à l'eau de mer ou à l'eau des estuaires.
  • d'éviter de consommer des crustacés non cuits.
  • de nettoyer et surveiller immédiatement les plaies reçues dans le milieu marin ou provenant de coquillages non cuits ; consultez immédiatement un médecin en cas de signes d'infection.

Source : ProMED