Grippe aviaire hautement pathogène A(H5N1) chez des oiseaux sauvages et des volailles en Equateur Médecine des voyages

Publié le 2 fév. 2023 à 19h07

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Équateur, les autorités sanitaires ont notifié les 29 et 31 janvier 2023 à l'Organisation mondiale de la santé animale (WAHIS-OIE) la présence de la grippe aviaire hautement pathogène A(H5N1):

  • à Jambeli, canton de Santa Rosa, dans la province de El Oro, le 7 décembre chez un Fou à pieds bleus trouvé mort dans une zone de nidification de la réserve marine de l'île de Santa Clara.
  • à Anconcito, zone économique exclusive équatorienne, le 12 décembre chez une Mouette rieuse au cours de la surveillance d'une population d'environ 100 oiseaux à Santa Elena dans un village de pêcheurs.
  • Depuis le 1er février 2023, 10 foyers ont été signalés chez des volailles dans des fermes commerciales de poules pondeuses, où une mortalité inhabituelle a été détectée. Au total sur 1 116 538 volailles 251 107 sont mortes.

Le diagnostic a été confirmé par techniques de biologie moléculaire (RT-PCR et séquençage de gènes) à l'Instituto Nacional de Investigación en Salud Pública (INSPI) et au Laboratorio de la Dirección de Diagnóstico Animal (Agrocalidad).

Source : Organisation mondiale de la santé animale (WAHIS-OIE).