En Inde, une épidémie d'anthrax frappe 12 personnes et en tue une dans l'État d'Odisha Médecine des voyages

Publié le 8 mai 2023 à 10h37

Biographie

Médecin biologiste.

En Inde, dans l’État d'Odischa, les responsables de la santé de la municipalité de Koraput signalent une épidémie de charbon (anthrax) dans les villages du bloc de Dasmantpur, dans lequel 12 cas ont été signalés, selon les médias.

Une personne est décédée, tandis que les 11 autres sont soit en cours de traitement, soit déjà dans un état stable. Les patients ont commencé à présenter des symptômes de la maladie du charbon après avoir consommé de la viande de vache lors d'un festin.

En Inde, le charbon humain est une maladie à déclaration obligatoire. Elle touche généralement les communautés vivant à proximité des zones forestières et les épidémies sont principalement signalées dans les États de l'est du pays, tels que l'Odisha. Koraput est un district tribal de l'Odisha où le charbon animal est endémique en raison du faible taux de vaccination du bétail. Des foyers humains sont signalés chaque année à Koraput depuis 2002, mais la coordination limitée entre les secteurs de la santé animale et humaine a conduit à une confirmation incomplète en laboratoire et à des limitations dans la détection, le contrôle et la prévention de ces foyers.

Rappels sur le charbon :

Le charbon (anthrax en anglais) est une maladie d'origine bactérienne qui touche principalement le bétail. L'agent infectieux du charbon est la bactérie Bacillus anthracis, dont les spores peuvent résister plusieurs années, voire plusieurs décennies dans la terre, avant d'être ingérées par des animaux en pâture. Chez l'homme, hôte accidentel, la transmission se fait directement ou indirectement à partir d'animaux infectés, ou du fait d'une exposition professionnelle à des produits animaux contaminés.

Chez l'homme, le charbon se manifeste en 3 formes différentes :

  • La forme cutanée (au moins 95 % des cas enregistrés chez l'homme), contractée par entrée des spores au niveau d'une coupure ou d'une excoriation. Elle se manifeste comme une piqûre d'insecte, puis évolue en une vésicule puis un ulcère de 1 à 3 cm de diamètre, avec une nécrose noircissante au centre, et peut évoluer vers une septicémie. Elle est mortelle dans 20% des cas en l'absence de traitement.
  • La forme intestinale, contractée à la suite de l'ingestion d'aliments contaminés, principalement de viande. Elle se manifeste par l'apparition de nausées, d'une perte de l'appétit, de vomissements, de fièvre suivie de douleurs abdominales et de diarrhée sévère. Elle est mortelle dans 25 à 60% des cas.
  • La forme pulmonaire, due à l'inhalation de spores en suspension dans l'air. Elle se manifeste au départ comme un rhume banal, mais évolue en quelques jours avec l'apparition d'importants troubles respiratoires, avec toux, maux de tête, douleurs musculaires, qui s'aggravent et évoluent vers un choc septique. Cette forme de charbon est quasiment toujours mortelle en l'absence de traitement.

Source : Outbreak News Today