Rage en Italie

Publié le 12 avr. 2010 à 19h50

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 26 août 2020.

MesVaccins.net.

Depuis 1997, l'Italie a été déclarée exempte de rage, les derniers cas ayant été rapportés chez le renard en 1992. En octobre 2008, la rage a été diagnostiquée chez deux renards roux dans le Frioul-Vénétie julienne. En 2010, 133 cas de rage animale ont été déclarés en Italie du Nord dans les régions de Frioul-Vénétie julienne, de la Vénétie (120 cas) et de la province autonome de Trente. Il s'agit pour la plupart d'animaux sauvages (renards, cervidés, fouines, blaireaux...), mais quelques cas concernent néanmoins des animaux domestiques ou de compagnie (notamment des chats).

Les autorités sanitaires italiennes ont pris un ensemble de mesures pour lutter contre la rage, parmi lesquelles la vaccination rabique obligatoire des animaux domestiques ou d'élevage, l'interdiction d'utiliser les chiens pour la chasse, la surveillance de la rage chez les animaux sauvages et surtout la vaccination par voie orale des renards. Cette réapparition de la rage dans une zone géographique où elle semblait éliminée incite à la prudence et à la vigilance dans d'autres pays européens dont la France. Aucun cas humain n'est survenu à ce jour en Italie depuis la résurgence de la rage animale, mais le risque d'exposition à la rage en zone rurale doit être pris en compte.

Source : ECDC.