Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Epidémie d’hépatite E en Inde (Himachal Pradesh) Médecine des voyages

Publié le 9 jan. 2016 à 21h57

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Inde, début janvier 2016, les autorités sanitaires ont notifié plus de 500 cas d'hépatite E dans la ville de Shimla, une ville du nord-ouest de l'Inde, capitale de l'État d'Himachal Pradesh.

Les deux hôpitaux Indira Gandhi Medical College et Deen Dayal Upadhyay reçoivent environ 40 cas par jour.

La source serait liée à la contamination de l'eau potable distribuée à un tiers de la population de la ville par des eaux usées.

Le virus de l'hépatite E, du genre Hepevirus de la famille des Hepeviridae est transmis principalement par de l'eau de boisson contaminée ou plus accessoirement par des aliments provenant d'animaux infectés ou par voie materno-fœtale.

Le virus de l'hépatite E entraîne des cas d'hépatite virale aiguë sporadique et épidémique. La maladie est le plus souvent asymptomatique ou très bénigne. Après une incubation de 3 à 8 semaines, dans les formes symptomatiques le virus donne généralement lieu à une infection (ictère, hépatomégalie, nausées et vomissements) qui régresse spontanément en 4 à 6 semaines. La maladie est particulièrement grave chez les femmes enceintes où on observe une mortalité élevée.

Pour les voyageurs et tout particulièrement aux patient à risque de développer une forme grave d'hépatite E (patients immunodéprimés, patients atteints d'une hépatopathie chronique et femmes enceintes) il est recommandé :

  • Se laver fréquemment les mains à l'eau et au savon, en particulier avant toute prise alimentaire.
  • Éviter l'usage des serviettes collectives.
  • Se laver systématiquement les mains à la sortie des toilettes, avant de préparer les repas, après contact avec des animaux vivants ou des produits d'origine animale.
  • Ne boire que de l'eau minérale en bouteille capsulée ou de l'eau traitée (par chloration, par Troclosène sodique ou par ébullition).
  • Éviter la consommation d'aliments crus, salades et crudités.
  • Faire cuire à cœur des aliments destinés à être consommés cuits et respecter les consignes de cuisson et de consommation indiquées sur l'étiquette des produits,
  • Ne pas consommer, même cuits, des produits les plus à risque et dont la transmission alimentaire a été démontrée : produits à base de foie cru de porc, produits à base de sanglier ou de cerf (viande et abats),
  • Consulter en cas de symptômes pouvant évoquer l'hépatite E, en indiquant le voyage effectué.

Il existe un vaccin recombinant contre le virus de l'hépatite E qui n'a pas encore été pré-qualifié par l'Organisation mondiale de la santé.

Source : Promed.


Maladie : Hépatite E

Référence principale :