Augmentation de la fréquence des infections graves à pneumocoque

Publié le 5 jan. 2011 à 22h40

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 26 août 2020.

Le réseau EPIBAC, géré par l'Institut de veille sanitaire, surveille l'incidence (c'est-à-dire le nombre de nouveaux cas) des infections invasives bactériennes. Celles-ci peuvent être des bactériémies (passage de bactéries dans le sang) ou des méningites. La surveillance est fondée sur un réseau de laboratoires de microbiologie.

Parmi les six espèces bactériennes surveillées, trois sont responsables de maladies à prévention vaccinale : Haemophilus influenzae, Neisseria meningitidis (ou méningocoque) et Streptococcus pneumoniae (ou pneumocoque). 

L’incidence des infections invasives à pneumocoque a significativement augmenté de 9 % entre 2008 et 2009 (de 13,4 cas à 14,6 cas pour 100 000 personnes). Chez les enfants de moins de 2 ans, en 2009, l’incidence des méningites (7,7/100 000) a diminué significativement par rapport à la période prévaccinale (1998-2002) (11,0/100 000) mais est restée stable par rapport à 2008 (6,3/100 000). De même, l’incidence des bactériémies (24,4/100 000) a diminué significativement par rapport à la période prévaccinale (1998-2002) (30,0/100 000) mais est restée stable par rapport à 2008 (22,8/100 000). Chez les enfants de 2 à 4 ans, l’incidence des infections invasives a augmenté en 2009 (13,8/100 000) par rapport à la période prévaccinale (1998-2002) (10,4/100 000) mais est restée stable par rapport à 2008 (12,3/100 000). L’incidence des bactériémies a augmenté chez les personnes de 5 à 64 ans à 7,8/100 000 en 2009 par rapport à 2008 (6,6/100 000). Aucune évolution significative de l’incidence des bactériémies n’est observée pour les autres tranches d’âges de 2008 à 2009.

L’incidence des infections invasives à Haemophilus influenzae est restée faible et stable en 2009 (1,1/100 000) par rapport à 2008 (1,2/100 000). De 1998 à 2009, alors qu’aucune tendance n’est significative pour les autres tranches d’âge, l’incidence des méningites dues à cette espèce bactérienne tend à diminuer chez les enfants de moins de 1 an, tandis que l'incidence des infections invasives, notamment des bactériémies isolées, tend à augmenter chez les personnes de 40 ans et plus.  

L’incidence des infections invasives à méningocoque a été estimée à un cas pour 100 000 personnes. Elle est donc restée stable en 2009 par rapport à 2008. Il faut espérer que les recommandations de vaccination contre le méningocoque C soient suffisamment suivies pour entraîner une baisse de la fréquence de ces infections particulièrement graves.

Source : Institut de veille sanitaire.