Nouvel avis relatif à l’actualisation de la liste des sujets éligibles à la vaccination contre la grippe saisonnière

Publié le 10 jan. 2011 à 21h34

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 18 novembre 2019.

Un avis daté du 17 décembre 2010 vient d'être publié sur le site du Haut conseil de la santé publique (HCSP). Cet avis fait suite à la mise en évidence de différences entre les indications ouvrant droit au remboursement du vaccin grippal saisonnier et les recommandations vaccinales émises par le HCSP, retenues dans le calendrier vaccinal.

Le nouvel avis propose des modifications des recommandations vaccinales afin d'assurer une concordance entre les pathologies en affection de longue durée (ALD) ciblées pour la vaccination antigrippale, les indications figurant dans l’arrêté d’inscription des vaccins sur la liste des spécialités remboursables et les recommandations vaccinales.

Selon les cas, les critères déterminant les recommandations vaccinales étaient plus restrictifs pour le HCSP ou l'assurance maldie. Ces critères ont ainsi été revus pour les affections bronchopulmonaires chroniques, les cardiopathies et les syndromes néprhrotiques, les déficits immunitaires, l'infection à VIH, les paraplégiques ou les tétraplégiques et les personnes séjournant dans un établissement de santé de moyen ou long séjour.

Certaines recommandations spécifiques du HCSP (entourage familial des nourrissons âgés de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave) ont été conservées, d'autres abandonnées, tel le traitement prolongé par l'acide acétylsalicylique (un tel traitement étant quasi-inexistante en France actuellement). Plusieurs affections pour lesquelles la vaccination grippale n'était recommandée que par l'assurence maladie sont désormais des recommandations du HCSP. Il s'agit notamment des antécédents d'accident vasculaire cérébral et d'infarctus du myocarde ainsi que des formes graves des affections neurologiques et musculaires. 

Au total, outre les personnes âgées de 65 ans et plus. la vaccination  contre la grippe saisonnière est maintenant recommandée pour les personnes, y compris les enfants à partir de l’âge de 6 mois et les femmes enceintes, atteintes des pathologies suivantes :

  • Affections broncho pulmonaires chroniques répondant aux critères de l’ALD 14 (asthme et BPCO) ;
  • Insuffisances respiratoires chroniques obstructives ou restrictives quelle que soit la cause, y compris les maladies neuromusculaires à risque de décompensation respiratoire, les malformations des voies aériennes supérieures ou inférieures, les malformations pulmonaires ou les malformations de la cage thoracique ;
  • Maladies respiratoires chroniques ne remplissant pas les critères de l’ALD mais susceptibles d’être aggravées ou décompensées par une affection grippale, dont asthme, bronchite chronique, bronchiectasies, hyper-réactivité bronchique ;
  • Dysplasie broncho-pulmonaire (traitée au cours des six mois précédents par ventilation mécanique, oxygénothérapie prolongée ou traitement médicamenteux continu par corticoïdes, bronchodilatateurs ou diurétiques) ; 
  • Mucoviscidose ;
  • Cardiopathies congénitales cyanogènes ou avec une hypertension artérielle pulmonaire ou une insuffisance cardiaque ;
  • Insuffisances cardiaques graves ;
  • Valvulopathies graves ;
  • Troubles du rythme graves justifiant un traitement au long cours ;
  • Maladies des coronaires ;
  • Antécédents d’accident vasculaire cérébral ;
  • Formes graves des affections neurologiques et musculaires (dont myopathie, poliomyélite, myasthénie, maladie de Charcot) ;
  • Paraplégie et tétraplégie avec atteinte diaphragmatique ;
  • Néphropathies chroniques graves ;
  • Syndromes néphrotiques ;
  • Drépanocytoses, homozygotes et doubles hétérozygotes S/C, thalassodrépanocytose ;
  • Diabète de type 1 et de type 2 ;
  • Déficit immunitaire primitif ou acquis (pathologies oncologiques et hématologiques, transplantation d’organe et de cellules souches hématopoïétiques, déficits immunitaires héréditaires, maladies inflammatoires ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur), excepté les personnes qui reçoivent un traitement régulier par immunoglobulines, sujets infectés par le VIH quels que soient leur âge et leur statut immunovirologique.

La vaccination est aussi recommandée pour les catégories de personnes suivantes :

  • Entourage familial des nourrissons âgés de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave ainsi définis : prématurés, notamment ceux porteurs de séquelles à type de broncho dysplasie (traitée au cours des six mois précédents par ventilation mécanique, oxygénothérapie prolongée ou traitement médicamenteux continu par corticoïdes, bronchodilatateurs ou diurétiques) et enfants atteints de cardiopathie congénitale, de déficit immunitaire congénital, de pathologie pulmonaire, neurologique ou neuromusculaire ou d’une affection de longue durée ;
  • Personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ainsi que dans un établissement médico-social d’hébergement quel que soit l’âge.

Enfin, en milieu professionnel, la vaccination grippale est recommandée :

  • Aux professionnels de santé et à tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des sujets à risque de grippe sévère ;
  • Au personnel navigant des bateaux de croisière et des avions et personnel de l’industrie des voyages accompagnant les groupes de voyageurs (guides).

Le HCSP recommande en outre :

  • Que soient mises en place des procédures permettant aux médecins traitants ou aux médecins hospitaliers de prescrire la vaccination grippale aux personnes éligibles et non identifiées par l’assurance maladie, ceci avec les mêmes conditions de prise en charge ;
  • Que les services hospitaliers et notamment de néonatologie soient sensibilisés à la prescription du vaccin grippal pour les jeunes enfants atteints de pathologie chronique les rendant éligibles à la vaccination et cependant non identifiés par l’assurance maladie, ainsi que pour l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois porteurs de facteurs de risque de grippe grave.

Source : Haut conseil de la santé publique.