Fièvre hémorragique de Crimée-Congo en Inde Médecine des voyages

Publié le 28 jan. 2011 à 13h46

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Inde, le 18 janvier 2011, les autorités sanitaires ont rapporté cinq cas de fièvre hémorragique de Crimée-Congo (CCHF), dont trois décès (le cas index et deux personnels soignants) dans l'état du Gujarat à l'ouest du pays, zone frontière avec le Pakistan.

La Fièvre Hémorragique de Crimée-Congo est une fièvre hémorragique virale due à un virus du groupe des Nairovirus, groupe constituant l'un des cinq genres de la famille des Bunyaviridae. Le virus se transmet par l'intermédiaire d'acariens (comme les tiques argasidae ou ixodidae) et est à l'origine d'infections humaines. Bien qu'il s'agisse avant tout d'une zoonose, des cas sporadiques et des flambées épidémiques se produisent chez l'homme.

Cette maladie est endémique dans de nombreux pays d'Afrique, d'Europe et d'Asie : des cas sporadiques ou des flambées ont été notifiés au Kosovo, en Albanie, en Iran, au Pakistan et en Afrique du Sud.

Source : Institut National de Veille Sanitaire (Bulletin hebdomadaire international).