Fièvre de Lassa au Nigéria Médecine des voyages

Publié le 24 fév. 2011 à 11h45

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Plusiers cas de fièvre hémorragique ont été notifiés à Abakaliki, la capitale de l'état d'Ebonyi au Nigéria. Le diagnostic de fièvre de Lassa a été confirmé chez une personne décédée et trois autres décès ont été signalés dans un campement militaire.

La fièvre de Lassa est une maladie hémorragique aiguë causée par un virus (virus de Lassa), de la famille des Arenaviridae, qui est endémique en Guinée, au Liberia, au Sierra Leone et au Nigéria. Près de 2 à 3 millions de cas sont enregistrés chaque année en Afrique de l'ouest, entrainant environ 10 000 décès.

Après une période d'incubation variable de 6 à 21 jours, soit la maladie est asymptomatique (80 % des cas), soit elle se présente sous la forme d'un syndrome pseudo grippal évoluant rapidement vers une forme grave associant hémorragies et défaillance multiviscérale (atteinte du foie, des reins et de la rate).

Il s'agit d'une zoonose dont le réservoir animal est un rongeur (Mastomys communément appelé "rat multimammate"), qui élimine le virus dans ses urines et ses fèces. L'homme est infecté lors de l'inhalation de poussières ou d'aérosols contaminés par les excreta du Mastomys. Les sujets à risque vivent essentiellement en milieu rural, où pullule le rongeur.

Source : Promed.