Conséquences du séisme au Japon Médecine des voyages

Publié le 13 mar. 2011 à 12h30

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 26 août 2020.

En raison des suites du séisme du 11 mars, les voyages au Japon sont fortement déconseillés. Une forte secousse sismique de magnitude 8,9 a frappé le Japon (préfecture de Miyagi) le 11 mars peu avant 15 heures heure locale. Elle a été suivie de très nombreuses et fortes répliques qui ont été ressenties dans une grande partie du Japon, et par un tsunami qui a dévasté les côtes avec des vagues pouvant atteindre localement plus de dix mètres. Le bilan provisoire est de plusieurs centaines de morts et disparus. De nombreux dégâts matériels sont constatés : incendies, fuites de gaz, inondations.

Une explosion et une fuite radioactive se sont produites samedi 12 mars à la centrale nucléaire japonaise de Fukushima Daiichi, située à 250 km au nord de Tokyo. Les autorités japonaises suivent étroitement la situation et prennent les mesures utiles pour enrayer la catastrophe et protéger la population.

Le fonctionnement des infrastructures de transport (aéroports y compris Narita et Haneda, ports, train, métro, voies expresses urbaines et grands axes de Tokyo) demeure perturbé, ainsi que l’alimentation électrique dans la région nord-est du pays. Il est recommandé aux ressortissants de suivre en toutes circonstances les consignes des autorités japonaises.

Il est notamment conseillé à ceux vivant dans les zones à proximité des centrales de se calfeutrer dans leur domicile (il faut couper les systèmes d’aération), et de faire quand ils le peuvent des provisions de bouteilles d’eau potable.

L’absorption de capsules d’iode n’est pas un acte anodin. Un usage répété à l’excès peut être dangereux pour la santé. Il conviendra de suivre les recommandations des autorités japonaises et de l’ambassade de France à Tokyo.

Les déplacements dans les préfectures de Hokkaido, Aomori, Iwate, Miyagi, Fukushima, Ibaraki, Chiba, sont fortement déconseillés.

Source : France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères et européennes.