Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Après une période de fortes pluies et d'inondations, les Philippines signalent une augmentation de 41 % des cas de leptospirose Médecine des voyages

Publié le 2 juil. 2018 à 10h02

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

Aux Philippines, le ministère de la Santé a conseillé cette semaine au public de surveiller les symptômes de la leptospirose s'ils ont pataugé dans les eaux de crue ces derniers jours pluvieux. Les averses soudaines ont inondé de nombreuses zones de basse altitude dans la région métropolitaine de Manille et dans d'autres parties du pays.

Selon les responsables de la santé, 1 030 cas de leptospirose ont été notifiés du 1er janvier au 9 juin, soit 41 % de plus pendant la même période en 2017. De ce nombre, 339 ont été testés en laboratoire et 77 sont positifs pour la leptospirose. 

Quatre vingt treize décès liés ont été enregistrés.

L'âge des 1 030 cas variait de un à 88 ans. La majorité (872 soit 85 %) étaient des hommes. 

La plupart des cas provenaient des Visayas occidentales (221 cas), de Caraga (162 cas) et de la Région XI (86 cas). 

Rappels sur la leptospirose

La leptospirose est une maladie bactérienne présente dans le monde entier. Elle est causée par la bactérie Leptospira interrogans. Celle-ci se maintient assez facilement dans le milieu extérieur (eau douce, sols boueux), ce qui favorise la contamination. La saisonnalité de la maladie est très marquée, avec une recrudescence estivo-automnale liée à la chaleur et aux précipitations.

Le principal réservoir animal est le rongeur, en particulier les rats, qui excrètent la bactérie dans leur urine. Il est très diversifié, et outre les rongeurs et les insectivores, il comprend des animaux d'élevage comme les bovins, les chevaux ou les porcs

Certaines professions (agriculteurs, éleveurs, égoutiers, éboueurs…) et les personnes pratiquant des loisirs nautiques (baignade, canoé, kayak, pêche, chasse, canyonning...) sont particulièrement à risque.

Chez l'homme, la bactérie pénètre principalement par la peau lésée ou les muqueuses, la maladie est souvent bénigne, mais peut conduire à l'insuffisance rénale, voire à la mort dans 5 à 20% des cas. L'incubation dure de 4 à 14 jours. Dans la forme modérée, la maladie débute par une fièvre élevée avec frissons, maux de tête, douleurs musculaires et douleurs articulaires diffuses. Dans 20% des cas, elle se complique d'un syndrome hémorragique. Les formes graves (ictéro-hémorragique ou maladie de Weil) associent insuffisance rénale aiguë, atteinte neurologique (convulsions, coma) et des hémorragies plus ou moins sévères (pulmonaire, digestive). 

Le traitement des formes graves nécessite une hospitalisation. Il repose sur la réanimation médicale et l'administration d'antibiotiques (amoxicilline, céphalosporine et cyclines) le plus tôt possible.

Les principales mesures de prévention et de protection individuelle contre la leptospirose sont les suivantes :

  • Éviter de se baigner en eau douce, particulièrement lorsqu'on est porteur de plaies, et limiter les contacts des muqueuses avec l'eau.
  • Dans la mesure du possible, se protéger par le port de bottes et de gants en cas d'activité à risque (agriculture, élevage...).
  • Lutter contre les rongeurs, qui sont le réservoir de la maladie.
  • Consulter sans délai un médecin en cas d'apparition des symptômes en lui signalant l'activite? a? risque pratiquée.
  • Ces mesures sont a renforcer durant la saison des pluies.

Il existe une vaccination contre la leptospirose. Son efficacité étant limitée à certaines souches de leptospire, elle est rarement réalisée en pratique.

Pour le voyageur, des informations détaillées sont disponibles sur les sites Mesvaccins.net ou Medecinedesvoyages.net.

Source : Outbreak News Today.


Maladie : Leptospirose

Vaccin : SPIROLEPT

Référence principale :