Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

En République Centrafricaine, Plasmodium ovale wallikeri est retrouvé chez l’homme et les grands singes Médecine des voyages

Publié le 3 juil. 2018 à 08h12

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Dans un article scientifique publié la revue Emerging Infectious Diseases les auteurs signalent des infections asymptomatiques dues au parasite Plasmodium ovale wallikeri chez l'homme et les gorilles dans les aires protégées de la Dzanga Sangha en République Centrafricaine.

L'analyse moléculaire des souches a montré que les séquences génétiques étaient identiques dans les isolats humains et des gorilles, indiquant une transmission possible du singe à l'homme. Cette constatation est d'un grand intérêt pour la santé publique et pour la préservation des grands singes.

Référence : Mwanahamisi I. Mapua, Hans-Peter Fuehrer, Klára J. Petrželková, Angelique Todd, Harald Noedl, Moneeb A. Qablan, and David Modrý. Plasmodium ovale wallikeri in Western Lowland Gorillas and Humans, Central African Republic. EID Research Letter, Volume 24, Number 8—August 2018.

Source : Centers for Disease Control and Prevention, Emerging Infectious Diseases.


Maladie : Paludisme

Référence principale :