Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Etats-Unis : Présence du virus de l’encéphalite de Saint Louis en Californie Médecine des voyages

Publié le 9 juil. 2018 à 16h31

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Aux Etats-Unis, le Fresno Mosquito and Vector Control District a confirmé que des moustiques du genre Culex ont été testés positifs pour le virus de l'encéphalite de Saint Louis (SLEV) dans le comté de Fresno en Californie. Les moustiques infectés ont été capturés dans les régions de l'avenue Floradora Est et de l'autoroute 41, et Shields et Van Ness avenues. La notification a été faite le 3 juillet 2018. 

 C'est la première détection de l'année 2018 en Californie. La transmission de l'encéphalite de Saint Louis a été détectée dans plusieurs endroits en 2017, dans des localités où il avait été absent pendant de nombreuses années.  

Rappel sur l'encéphalite de Saint Louis

L'encéphalite de Saint Louis est une encéphalite virale due au virus de l'encéphalite de Saint Louis, un Flavivirus, transmis par les moustiques du genre Culex. Le virus est endémique dans le middle-west des Etats-Unis, présent également à la Jamaïque, à Trinidad, au Panama et au Brésil. Les oiseaux sont le réservoir de virus.

La maladie débute brutalement par une forte fièvre, des douleurs musculaires, des maux de tête. Après une brève rémission, la température remonte très vivement, avec agitation, puis torpeur. Des contractures musculaires se manifestent ainsi que des tremblements.

La mort peut survenir, mais l'évolution se fait le plus souvent lentement vers la guérison. Dans ce cas elle ne laisse habituellement pas de séquelles.

Source : Promed.


Référence principale :