Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Situation de l'encéphalite à tiques au sein de l'Union européenne Médecine des voyages

Publié le 17 août 2018 à 08h58

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

Plusieurs pays de l'Union européenne ont enregistré un nombre inhabituel de cas d'encéphalite à tiques (TBE) depuis le début de 2018.

Les pays suivants sont principalement touchés :

En Autriche :

Le 25 juillet, les autorités sanitaires ont notifié 84 cas d'encéphalite à tiques depuis le début de l'année. Ces cas représentent une augmentation par rapport aux 67 cas enregistrés au cours de la même période en 2017. La partie nord du pays est principalement affectée.

En Allemagne :

Le 21 juillet, les autorités sanitaires ont notifié 343 cas d'encéphalite à tiques depuis le début de l'année. Ces cas représentent une augmentation par rapport aux 221 cas enregistrés au cours de la même période en 2017.

En Slovénie :

Le 5 août, les autorités sanitaires ont notifié 105 cas d'encéphalite à tiques depuis le début de l'année. Ces cas représentent une augmentation par rapport aux 104 cas enregistrés au cours de l'année 2017 et 83 cas en 2016.

En Suisse :

Le 7 août, les autorités sanitaires ont notifié 272 cas d'encéphalite à tiques depuis le début de l'année. Ces cas représentent une augmentation par rapport aux 154 cas enregistrés au cours de l'année 2017 et 131 cas en 2016.

En République tchèque :

Le 30 juin, les autorités sanitaires ont notifié 139 cas d'encéphalite à tiques depuis le début de l'année. Ces cas représentent une augmentation par rapport aux 124 cas enregistrés au cours de la même période en 2017.

En Pologne :

Le 31 juillet, les autorités sanitaires ont notifié 177 cas d'encéphalite à tiques depuis le début de l'année. Ces cas représentent une légère augmentation par rapport aux 168 cas enregistrés au cours de la même période en 2017.

D'autres pays enregistrent généralement des taux de notification élevés :

l'Estonie, la Finlande, la Lettonie, la Lituanie, la Suède, n'ont pas signalé de nombres de cas inhabituels jusqu'à présent.

Rappels sur l'encéphalite à tique 

L'encéphalite à tiques (TBE) ou méningoencéphalite à tique est une encéphalite virale due à un arbovirus de la famille des Flaviviridae, le TBEV. La transmission est presque exclusivement vectorielle et presque toujours transmise par des tiques, et notamment en Europe par Ixodes ricinus, ou moins souvent par ingestion de lait et produits laitiers non pasteurisés. 

Elle est observée dans certaines régions délimitées d'Europe (principalement en Suède, en Finlande, dans le Nord de la Suisse, en Autriche, dans le Sud de l'Allemagne), en Russie et les pays de l'ex-URSS et en Asie du Nord. La « saison des piqûres de tiques » en Europe s'étend généralement d'avril à octobre (selon les années et le climat, de mars à novembre).

Pour éviter les piqûres de tiques, le voyageur doit prendre certaines précautions :

  • Rester sur des sentiers balisés et éviter les buissons, zones boisées et humides.
  • Préférer des vêtements couvrants (pantalon, manches longues, chaussures fermées).
  • Traiter éventuellement les vêtements avec un insecticide.
  • Protéger les zones de peau exposées avec un répulsif à base de DEET.
  • En fin d'activité, inspecter toutes les parties du corps, afin d'enlever une éventuelle tique dès que possible. Il faut extraire la tique à l'aide d'un tire-tique disponible en pharmacie, ou d'une pince-à-épiler. Il faut éviter d'écraser la tique, de la brûler ou d'appliquer diverses substances.

La vaccination contre l'encéphalite à tiques est recommandée pour tous les voyageurs séjournant en zone rurale ou forestière d'endémie en Europe centrale, orientale et septentrionale, du printemps à l'automne.

  • Trois injections à M0, entre M1 et M3 puis entre M5 et M12 ; 
  • Le 1er rappel dans les 5 ans suivant la 3ème dose (3 ans pour les voyageurs âgés de plus de 60 ans). 
  • Il existe une présentation pédiatrique, administrée selon le même schéma à partir de l'âge de 1 an. 

Pour le voyageur, des informations détaillées sont disponibles sur les sites Mesvaccins.net ou Medecinedesvoyages.net.

En cas de fièvre, de rougeur de la peau ou d'autres symptômes nouveaux après une piqûre de tique, consulter rapidement un médecin. 

Source : European Centre for Disease Prevention and Control ; Autorités sanitaires nationales.


Maladie : Encéphalite à tiques

Vaccins : ENCEPUR TICOVAC ADULTES TICOVAC ENFANTS

Référence principale :