Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Infection à virus Hendra chez un cheval, en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie Médecine des voyages

Publié le 16 sept. 2018 à 09h08

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Australie, le Department of Primary Industries (DPI) de Nouvelle-Galles du Sud (NSW, New South Wales) rappelle qu'un cas d'infection à virus Hendra a été rapporté chez un cheval non vacciné près de Tweed Heads.

Le cheval âgé de 4 ans a présenté une léthargie et a été euthanasié devant la gravité de son état. Des échantillons prélevés sur le cheval ont été confirmés virus Hendra positif aux Queensland's Biosecurity Sciences Laboratory à Coopers.

C'est le premier cas confirmé à virus Hendra en Nouvelle-Galles du Sud cette année 2018.

Rappels sur le virus Hendra :

Le virus Hendra est un virus du genre Henipavirus de la famille des Paramyxoviridae. Il est à l'origine d'une zoonose émergente rare et grave qui touche le cheval et l'homme. Les hôtes naturels de ce virus sont des chauves-souris frugivores de la famille des Ptéropodidae, qui appartient au genre Pteropus, plus particulièrement la Roussette (Pteropus conspicillatus). Le cheval est l'hôte intermédiaire du virus et transmet l'infection à l'homme par contact rapproché pendant les soins ou au cours d'une autopsie. 

Chez l'homme, les manifestations de l'infection à virus Hendra vont d'un syndrome grippal bénin à une atteinte respiratoire ou neurologique mortelle. Le cheval est le seul animal chez qui l'infection naturelle par le virus Hendra a été notifiée, avec un taux de létalité de 75% environ. Il n'existe de vaccin ni pour l'homme ni pour l'animal. Le traitement symptomatique intensif reste la principale méthode de prise en charge de cette infection chez l'homme.

Source : Promed.


Référence principale :