Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Foyer épidémique de fièvre jaune en Ethiopie Médecine des voyages

Publié le 6 nov. 2018 à 10h59

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages ( depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

En Ethiopie, le 29 octobre 2018, l'Institut Pasteur de Dakar a confirmé cinq cas de fièvre jaune dans la zone Wolaita de la région des nations, nationalités et peuples du Sud (SNNP), située dans la partie sud-ouest du pays.

Depuis le cas index a présenté des symptômes le 21 août. Depuis lors et jusqu'au 26 octobre, 35 cas comprenant 10 décès (létalité : 29 %) ont été notifiés dans deux woredas de la zone Wolaita

Selon l'Organisation mondiale de la santé, l'épidémie se limite aux zones rurales, zones à faible densité de population. Aucun nouveau cas n'a été signalé depuis le 19 octobre.

Le Groupe de coordination international (GIC) a approuvé 1,45 million de doses de vaccin contre la fièvre jaune provenant du stock mondial de vaccins d'urgence, destinées à une campagne de vaccination de masse réactionnelle, ciblant 1,34 million de personnes dans neuf districts de deux zones (Gamo Gofa et Wolaita). 

Une campagne de vaccination réactive immédiate a été menée à Offa Woreda à la mi-octobre 2018, ciblant 31 365 personnes et atteignant une couverture de 99,2%.

Bien que les zones touchées soient rurales et peu densément peuplées, les mouvements de population et de bétail dus aux conflits dans la région constituent un risque de propagation.

Le dernier foyer a été signalé en 2013 lorsque 143 cas ont été confirmés. 

Le risque pour les voyageurs de l'Union européenne est très faible et selon l'Organisation mondiale de la santé, la vaccination est recommandée pour les voyageurs en Ethiopie.
Selon les mêmes sources, la population éthiopienne est très sensible à la fièvre jaune en raison de l'absence d' exposition récente et absence de vaccination à grande échelle.

Rappels sur la fièvre jaune :

La fièvre jaune est une maladie virale transmise par un moustique infecté du genre Aedes aegypti.

Bien que la plupart des cas soient asymptomatiques et passent inaperçus, le virus provoque parfois une pathologie aiguë, qui se déroule en deux phases. La première associe les signes suivants : fièvre, douleurs musculaires, céphalées, frissons, anorexie, nausées et/ou vomissements, souvent avec bradycardie. Environ 15 % des cas évoluent vers une deuxième phase au bout de quelques jours, avec résurgence de la fièvre, développement d'une jaunisse, douleurs abdominales, vomissements et manifestations hémorragiques ; la moitié de ces malades meurent 10 à 14 jours après le début de la maladie.

Le virus de la fièvre jaune est endémique dans certaines zones tropicales d'Afrique et d'Amérique centrale et australe. Le nombre des épidémies a augmenté depuis le début des années 80. D'autres pays sont considérés comme exposés au risque d'introduction de la fièvre jaune en raison de la présence du vecteur et de primates pouvant constituer des hôtes (y compris en Asie, où la fièvre jaune n'a jamais été signalée).

La vaccination contre la fièvre jaune est indispensable pour un séjour dans une zone endémique (régions intertropicales d'Afrique et d'Amérique du Sud), même en l'absence d'obligation administrative. Le vaccin contre la fièvre jaune (ou vaccin amaril) est un vaccin à virus vivant atténué, disponible uniquement dans les centres agréés de vaccinations internationales.

La durée de la protection conférée par la vaccination contre la fièvre jaune et la validité du certificat de vaccination correspondant sont étendues à la vie entière du sujet vacciné. L'amendement à l'annexe 7 du Règlement sanitaire international 2005 prend effet et liera tous les États Parties au Règlement sanitaire international à compter du 11 juillet 2016.

Par conséquent, à compter du 11 juillet 2016, aucun État ne peut exiger des voyageurs internationaux, pour les certificats existants ou nouveaux, la revaccination ou une dose de rappel de vaccin antiamaril comme condition d'entrée, quelle que soit la date à laquelle le certificat international de vaccination a été délivré initialement.

La validité à vie de ces certificats s'applique automatiquement aux certificats délivrés après le 11 juillet 2016 ainsi qu'aux certificats délivrés antérieurement.

Les voyageurs qui prévoient de visiter les zones à risque de fièvre jaune devraient recevoir le vaccin contre la fièvre jaune au moins 10 jours avant de voyager, suivre des mesures pour éviter les piqûres de moustiques et être avertis des symptômes de la fièvre jaune.

En France, le Haut Conseil de la santé publique (recommandations sanitaires pour les voyageurs 2017 et avis relatif aux rappels de vaccination contre la fièvre jaune en Guyane) recommande en outre que les personnes dont la vaccination contre la fièvre jaune date de plus de 10 ans reçoivent une seconde dose de vaccin amaril en cas d'épidémie signalée dans le pays visité.

Les recommandations ou obligations vaccinales personnalisées pour un voyage en Amérique Latine, qu'elles concernent la fièvre jaune ou d'autres maladies à prévention vaccinale, sont disponibles sur MedecineDesVoyages.net.

Source : Outbreak News TodayOrganisation mondiale de la santé ; European Centre for Disease Prevention and Control.


Maladie : Fièvre jaune

Vaccin : STAMARIL

Référence principale :