Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Attention au risque d’ulcère de Buruli dans le Queensland en Australie Médecine des voyages

Publié le 22 déc. 2018 à 10h40

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Australie, les autorités sanitaires ont émis un nouvel avertissement concernant l'ulcère de Buruli après l'identification de deux nouveaux cas dans l'extrême Nord du Queensland.

Le Cairns and Hinterland Hospital et le Health Service Daintree ont rapporté le premier cas le 14 novembre chez une personne vivant dans la ville de Mossman. Le deuxième cas a été trouvé le 24 novembre chez une personne qui vit à Daintree. Les 2 villes sont situées dans l'extrème Nord à proximité de forêts tropicales. Dans les deux cas, il y avait une exposition locale plus que probable. Une enquête est en cours pour préciser la façon dont l'infection s'est transmise.

L'ulcère de Buruli est présent dans certaines régions d'Australie autres que le nord du Queensland. Dans le Victoria en 4 semaines, au moins 49 cas ont été signalés portant le nombre total à plus de 270. Selon les données fournies par la Queensland Health Authority, 130 cas ont été identifiés dans l'état du Queensland entre 2002 et 2016.

Rappel sur l'ulcère de Buruli :

L'ulcère de Buruli (également connu sous d'ulcère de Bairnsdale en Australie) est une maladie chronique de la peau et des tissus mous provoquant de grands ulcères habituellement sur les jambes ou les bras et pouvant entraîner des déformations et des incapacités permanentes.Il est causé par la bactérie Mycobacterium ulcerans qui produit une toxine unique, la mycolactone - qui provoque des lésions tissulaires et inhibe la réponse immunitaire. On ignore encore le mode exact de transmission de Mycobacterium ulcerans. La bactérie a été identifiée dans l'eau douce et saumâtre et dans le sol des zones marécageuses. La transmission à l'homme peut se faire par l'intermédiaire d'écorchures de la peau et contact avec l'eau ou le sol contaminés. Certains insectes aquatiques pourraient jouer un rôle dans la transmission. 

L'ulcère de Buruli commence souvent par un nodule (grosseur) indolore ou sous forme d'une large zone d'induration indolore ou d'un œdème diffus et indolore des jambes, des bras ou du visage. En l'absence de traitement, ou parfois au cours de l'antibiothérapie, le nodule, la plaque ou l'œdème s'ulcère en quatre semaines et forme alors la lésion classique à bords creusés. Il arrive que l'os soit touché, ce qui entraîne de grosses déformations.

L'ulcère de Buruli a été signalé dans plus de 30 pays, généralement en zone subtropicale en Afrique (Bénin, Cameroun, Côte d'Ivoire, République démocratique du Congo et Ghana), en Amérique du Sud, en Asie, et les régions du Pacifique occidental.

L'ulcère de Buruli a été signalé chez des voyageurs porteurs de blessures cutanées au retour d'une zone où la maladie est endémique.

Il est recommandé aux voyageurs de se protéger la peau lors des activités récréatives dans les zones infectées par le port de vêtements longs et l'utilisation de répulsifs anti-insectes. Les coupures et les abrasions doivent être rapidement nettoyées et désinfectées.

Source : Promed.


Référence principale :