Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Infections gonococciques résistantes aux antibiotiques au Royaume-Uni au retour d’Ibiza en Espagne Médecine des voyages

Publié le 1 fév. 2019 à 10h14

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Royaume-Uni, le 7 janvier 2019, le point focal national du Règlement sanitaire international a notifié à l'Organisation mondiale de la santé l'existence de deux cas d'infection à Neisseria gonorrhoeae résistante aux médicaments (XDR) diagnostiqués au Royaume-Uni.

  • Le premier cas concerne une infection à Neisseria gonorrhoeae chez une femme hétérosexuelle qui consulte les services de santé sexuelle en octobre 2018. Elle signale des contacts sexuels occasionnels avec des ressortissants du Royaume-Uni à Ibiza, en Espagne, en septembre 2018.
  • Le deuxième cas, concerne une infection à Neisseria gonorrhoeae  chez une femme hétérosexuelle qui consulte les services de santé en novembre 2018. Elle signale un contact sexuel occasionnel qui aurait eu lieu à Ibiza, en Espagne, de juin à septembre 2018. 

Les deux isolats sont résistants à la ceftriaxone (CMI 1,0 mg / L) et ont une sensibilité intermédiaire à l'azithromycine (CMI 0,5 mg / L). Les isolats sont également résistants au céfixime, à la pénicilline, à la ciprofloxacine et à la tétracycline, mais sont sensibles à la spectinomycine. Ces isolats diffèrent du cas précédemment signalé en mars 2018 par le Royaume-Uni et des deux cas signalés par l'Australie en avril 2018, qui présentaient une résistance élevée à l'azithromycine.

En raison d'un lien épidémiologique probable avec des contacts sexuels avec des citoyens britanniques s'étant rendus à Ibiza, le Royaume-Uni a informé l'Espagne.

Source : Organisation mondiale de la santé.


Référence principale :