Informations pour les voyageurs se rendant au Japon ou ayant séjourné dans ce pays (mise à jour) Médecine des voyages

Publié le 14 avr. 2011 à 14h00

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 26 août 2020.

Un mois après le séisme et le tsunami du 11 mars, et les accidents nucléaires qui ont suivi, de nombreuses et fortes répliques se produisent et peuvent être ressenties dans de nombreuses régions du Japon y compris à Tokyo. Par ailleurs, la situation des réacteurs nucléaires de Fukushima reste problématique et fragile et ceci vraisemblablement sur la durée (moyen, voire long terme).

Les déplacements dans les préfectures de Miyagi, Fukushima, Ibaraki et Tochigi restent donc formellement déconseillés. En revanche, résider ou voyager à Tokyo ne comporte pas actuellement de risque pour la santé des populations. Résider ou voyager dans le reste du pays ne présente pas de problème particulier.

Il convient cependant de conserver une attitude générale de prudence tant que la situation des réacteurs endommagés des centrales nucléaires de Fukushima n'est pas stabilisée. Il est conseillé de suivre les recommandations des autorités sanitaires japonaises. Les ressortissants français résidents ou de passage pourront également utilement se référer aux sites :

  • de l'ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) ;
  • de l'IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) ;
  • du ministère du Travail de l'Emploi et de la Santé.

Concernant les Français rentrant du Japon, une note d'information est disponible. En cas de séjour au Japon après le 11 mars, le voyageur est invité à compléter un questionnaire en ligne de l'Institut de veille sanitaire. Ce questionnaire permet utilement de recueillir l'identité et les coordonnées des ressortissants ayant séjourné au Japon, et d'estimer leur exposition éventuelle aux rejets radioactifs. Il facilitera leur suivi et si nécessaire leur prise en charge sanitaire ultérieure.

Source : France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères et européennes.