Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Le point sur la maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo Médecine des voyages

Publié le 25 mar. 2019 à 17h01

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En République démocratique du Congo  dans le contexte de la flambée de maladie à virus Ebola (MVE) qui touche actuellement le Nord-Kivu et l'Ituri, on a récemment constaté une augmentation du nombre de cas notifiés chaque semaine, après plusieurs semaines de baisse globale. Cette augmentation est probablement due en partie aux problèmes de sécurité de plus en plus nombreux, y compris aux récentes attaques directes des centres de traitement, et à la méfiance persistante de quelques communautés, ce qui a ralenti certaines activités de riposte dans les secteurs touchés pendant quelques jours. 

Depuis le début de l'épidémie et le 23 mars 2019, selon le rapport Ministère de la santé de la République démocratique du Congo, 1 009 cas de maladie à virus Ebola ont été recensés :

  • 944 cas biologiquement confirmés et 65 cas probables ;
  • dont 629 décès, 564 confirmés, 65 probables ;
  • 57 % des cas(554) sont de sexe  féminin ;
  • 30 % des cas (293) sont des enfants de moins de 18 ans ;
  • 77 travailleurs de la santé ont été infectés, dont 26 sont décédés ;

Au cours des 21 derniers jours, plus de 80 % des cas ont concerné Katwa un quartier de la ville de Butembo, Masereka et Mandima. Pendant la même période, 97 cas confirmés au total ont été notifiés dans 38 des 130 secteurs sanitaires des provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri touchés à ce jour. Compte tenu de l'étendue géographique de l'épidémie et de la grande mobilité des populations dans cette région, le risque que le virus Ebola se propage dans des secteurs non touchés ou soit réintroduit dans des secteurs précédemment touchés reste élevé. 

L'épidémie est la plus importante de l'histoire de la République démocratique du Congo et la deuxième plus importante épidémie d'Ebola jamais enregistrée (après celle de 2014-2016 en Afrique de l'Ouest).

La mise en œuvre de mesures d'intervention reste difficile dans les zones touchées en raison de la crise humanitaire prolongée, la situation sécuritaire instable et la résistance de la population.
Le fait que l'épidémie se poursuit dans des zones de flux de population transfrontalier avec le Rwanda, le Sud-Soudan et l'Ouganda reste particulièrement préoccupant.

Sources : Ministère de la Santé de la République Démocratique du Congo ; Organisation mondiale de la santé ; US Centers for Disease Control and Prevention ; European Centre for Disease Prevention and Control.


Références principales :