Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Risque de fièvre hémorragique à virus Machupo en Bolivie Médecine des voyages

Publié le 5 juil. 2019 à 14h45

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Bolivie, les autorités sanitaires ont alerté sur la présence possible du virus Machupo dans les régions de Caranavi, Yungas, Béni et Mamore.

La fièvre hémorragique à virus Machupo est une maladie des rongeurs, transmissible à l'homme, par exposition aux sécrétions et excréments de rongeurs infectés ou par des morsures de tiques. 

Il est recommandé :

  • d'éviter tout contact avec les rongeurs ;
  • de ne pas séjourner dans les zones tropicales ou faire de sortie en forêt, en particulier dans les régions touchées ;
  • de prendre les mesures de prévention contre les morsures de tiques ;
  • de se tenir informé des informations émises par les autorités locales et l'Ambassade de France en Bolivie.

Rappels sur le virus Machupo :

Le virus Machupo est un arénaviriridae dont le réservoir est un petit rongeur (Calomys callosus). Dans la plupart des cas, la transmission à l'homme se fait par voie respiratoire, par inhalation d'aérosols contaminés. Cliniquement, la maladie se manifeste initialement par un tableau fébrile non spécifique (douleurs musculaires, céphalées, douleurs abdominales, rougeur de la face et des conjonctives).

Des troubles hémorragiques surviennent dans les formes compliquées, expliquant la létalité (proportion de décès parmi les cas) élevée de cette maladie, qui peut atteindre 15 à 30 %.

Source : France-Diplomatie, Ministère de l'Europe et des affaires étrangères.