Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Foyer de fièvre hémorragique à virus Chapare en Bolivie Médecine des voyages

Publié le 19 juil. 2019 à 18h53

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Bolivie, 16 ans après sa première apparition dans la communauté rurale de Samusaveti dans les régions tropicales de Cochabamba, le virus Chapare, un Arenavirus responsable d'une fièvre hémorragique, a fait sa réapparition dans le département de La Paz.

Cinq patients qui présentaient un syndrome fébrile avec signes hémorragiques, dont 3 sont décédés, ont été notifiés. Les cas avaient commencé à apparaître entre le 29 avril et le 29 mai 2019. Quatre des 5 cas sont des hommes âgés de 21 à 65 ans (médiane de 42 ans). Trois des cas sont des travailleurs de la santé et les 2 autres sont des travailleurs agricoles. Le diagnostic a été confirmé par le Center for Tropical Diseases (CENETROP, en anglais), en étroite collaboration avec les US Centers for Diseases Control and Prévention (CDC) qui ont identifié le virus comme le virus Chapare.

Depuis 2003, il n'a pas été possible d'identifier le réservoir animal, probablement un rongeur comme Calomys.

Jusqu'à présent, on ignore comment le virus a réapparu dans le nord de La Paz, bien qu'il soit probable que le vecteur ait migré la zone de Cochabamba ou qu'il habite le nord de la Paz.

Rappel sur le virus Chapare

Le virus Chapare est à l'origine d'une fièvre hémorragique et fait partie de la famille des Arenaviridae. Il provoque la fièvre hémorragique de Chapare. Le vecteur de transmission spécifique n'est pas connu, mais un rongeur est soupçonné, à l'instar d'autres membres de la famille des Arenaviridae.

Les symptômes incluent: maux de tête, fièvre, courbatures, saignements de nez et saignements des gencives.

Sources : Pan American Health Organization (PAHO) / World Health Organization (WHO) ; Promed.


Références principales :